Dossier Spécial 

La saga Die Hard




A l’occasion de la sortie en salle aujourd'hui de Die Hard 5 une belle journée pour mourir, revenons ensembles sur la saga mythique et découvrez tout ce qui faut savoir sur Die Hard.





Piège de Cristal 






Synopsis :

John McClane, policier new-yorkais, est venu rejoindre sa femme Holly, dont il est separé depuis plusieurs mois, pour les fêtes de Noël dans le secret espoir d'une réconciliation. Celle-ci est cadre dans une multinationale japonaise, la Nakatomi Corporation. Son patron, M. Takagi, donne une soirée en l'honneur de ses employés, à laquelle assiste McClane. Tandis qu'il s'isole pour téléphoner, un commando investit l'immeuble et coupe toutes les communications avec l'extérieur.



Box Office France : 655 545 entrées
Budget : 28 000 000 $







Anecdotes :


Au début du film John McClane descend de l'avion avec dans ses bras un ours en peluche avec noeud papillon rouge. Le même ours en peluche portant un noeud papillon rouge qu'on a pu voir aux côtés de Alec Baldwin  dans un avion à la fin de A la Poursuite d'Octobre Rouge, film que le réalisateur John McTiernan réalisera deux ans plus tard.





Alan Rickman, en entendant un coup de feu, ne pouvait s'empêcher de sursauter c'est pourquoi le réalisateur John McTiernan dû couper quasiment toutes les scènes où son personnage, Hans Gruber, fait usage de son arme, sauf pour une seule lorsque Gruber abat Takagi. On voit alors très nettement Alan Rickman sursauter au moment où il fait feu.










La célèbre réplique "Yipee-ki-yay Mother Fucker" et les nombreux "Fuck!" qui ponctuent le premier Die Hard n'ont pas été du goût de tout le monde. Ainsi, à la sortie du film, la tante de Bruce Willis s'en est violemment prise à lui, car elle trouvait son personnage trop vulgaire et néfaste pour l'image de son neveu.





Les rapports entre John McTiernan et Bruce Willis étaient plus que tendus sur le tournage de Piège de cristal. Il faut dire que le premier n'avait pas pour habitude d'être aimable avec ses comédiens et que le second n'est pas du genre à se laisser faire. Toutefois, ces relations pour le moins orageuses ne les empêchèrent pas de collaborer à nouveau sur Une journée en enfer.

La tour de Piège de cristal correspond en fait au Fox Plaza, building qui abritait anciennement les bureaux de la célèbre major à Los Angeles.




 58 minutes pour vivre




Synopsis :


L'inspecteur de police McClane attend que l'avion de son épouse atterrisse dans un aéroport international proche de Washington. D'étranges allers et venues attirent son attention. Il suit des hommes qui communiquent discrètement entre eux jusqu'au sous-sol de l'aéroport. Là, des inconnus tirent sur lui et des mercenaires prennent le contrôle de l’aéroport  coupant toute communication avec l'extérieur. Les passagers des avions prêts a l'atterrissage, dont la femme de McClane, n'ont plus que cinquante-huit minutes pour vivre.




Box Office en France 995 836 entrées
Budget de 70 millions de $







Anecdotes :






58 minutes pour vivre détenait le nombre record de morts au début des années 1990. 

Près de 200, pour un film d'action grand public. Deux avions remplis de passagers qui s'écrasent, on n'était jamais allé aussi loin.





Le tournage de 58 minutes pour vivre à Denver et ses environs, dans le Colorado, a été rendu difficile par le manque de neige. La production a dû avoir recours à une énorme quantité de neige artificielle pour rendre le film crédible et plus particulièrement la scène de poursuite en motoneige.







Une Journée en Enfer 





Synopsis :



John McClane est cette fois-ci aux prises avec un maître chanteur, facétieux et dangereux, qui dépose des bombes dans New York.


Box Office es France : 3 438 282 entrées
Budget : 90 000 000 $
Année de production : 1995




Anecdotes :


L'impressionnante scène d'explosion dans une rue commerçante de New York au début d'Une journée en enfer posa quelques problèmes de conscience à McTiernan et aux producteurs en raison de l'attentat survenu quelques mois plus tôt dans un bâtiment fédéral d'Oklahoma City et commis par un extrémiste de droite, Timothy McVeigh. Il fut même question de repousser la sortie du film de plusieurs semaines. Finalement, après de nombreuses tergiversations, la fameuse séquence fut gardée au montage et le blockbuster débarqua bien dans les salles durant l'été 1995.






Le cinéaste John McTiernan avait souhaité que Sean Connery, avec qui il avait précédemment tourné A la poursuite d'Octobre rouge et Medicine Man, joue le personnage de Simon Gruber. Mais l'acteur écossais déclina sa proposition, ne se voyant pas incarner un tel méchant, aussi machiavélique. David Thewlis fut ensuite envisagé, avant que ce ne soit Jeremy Irons qui décroche le rôle.




Il était prévu une fin alternative à Une journée en enfer. Le scénariste Jonathan Hensleigh avait en effet écrit une scène où l'on voyait John McLane régler son compte à Simon Gruber dans une taverne d'un pays d'Europe de l'est, ce dernier étant parvenu à échapper aux forces de l'ordre avec son butin de lingots d'or. Même si elle fut tournée, cette séquence n'emporta pas les faveurs de John McTiernan et de la Fox, car elle montrait notre héros sous un angle trop cruel et menaçant.







Die Hard 4 Retour en Enfer






Synopsis :


Pour sa quatrième aventure, l'inspecteur John McClane se trouve confronté à un nouveau genre de terrorisme. Le réseau informatique national qui contrôle absolument toutes les communications, les transports et l'énergie des Etats-Unis, est détruit de façon systématique, plongeant le pays dans le chaos. Le cerveau qui est derrière le complot a tout calculé à la perfection. Ou presque... Il n'avait pas prévu McClane, un flic de la vieille école qui connait deux ou trois trucs efficaces pour déjouer les attaques terroristes.


Box Office en France : 2 269 598 entrées
Budget : 100 000 000 $
Année de production : 2007






Anecdotes : 


A la fin des années 1990, une première mouture balbutiante de Die Hard 4 avec pour titre de travail Man Of War circulait à Hollywood. Les grandes lignes : le lieutenant John McClane se retrouve embarqué dans une aventure explosive en pleine jungle amazonienne avec quelques collègues de travail ou soldats. Cette idée tomba à l'eau lorsque fut mis sur les rails le projet d'Antoine Fuqua, Les Larmes du soleil, avec un Bruce Willis militaire évoluant dans les contrées hostiles du Nigeria. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si ce film reprit à son compte la dénomination provisoire de Man of War.




Pour la quatrième fois, Bruce Willis revêt le costume de l'inspecteur John McClane. Comme lui, son personnage a forcément vieilli. L'acteur s'explique : "C'est un film DIE HARD, ce qui implique que McClane en voit de toutes les couleurs. Je voulais que cette fois encore, McClane puisse affronter n'importe quelle situation, et j'ai donc suivi un entraînement spécial pendant plusieurs mois avant le début du tournage. McClane est plus âgé 
– tout comme moi ! 
– et cela faisait partie de ce qui était amusant dans mes retrouvailles avec ce personnage. Mais j'ai aussi réalisé qu'il y avait du bon dans le fait de prendre de l'âge : on fait davantage attention aux choses, et on acquiert une certaine sagesse."




Fidèle à son image, John McClane n'est pas très à l'aise avec la technologie, et encore moins dans cet épisode où l'histoire tourne autour d'un piratage informatique - on se souvient de ses difficultés à utiliser un fax dans 58 minutes pour vivre. Ici, une bonne partie de l'humour du film naît de l'opposition entre les méthodes à l'ancienne du policier et celles, super-modernes, de son adversaire.




Le fameux cri de guerre de McClane, "Yipee-Ki-Yay", est devenu partie intégrante de la mythologie Die Hard. Le policier la prononce pour la première fois dans Piège de cristal quand Hans Gruber, joué par Alan Rickman, l'appelle "Mr. le Cowboy". Depuis, elle est restée gravée dans les esprits. Bruce Willis s'en étonne : 
"Je suis encore stupéfait que cette réplique soit entrée dans le langage populaire. A présent, McClane la dit dans diverses circonstances, surtout quand il essaie d'être totalement indéchiffrable."






Die Hard 5  Une Belle Journée pour Mourir






Synopsis :


Bruce Willis est de retour dans son rôle le plus mythique : John McClane, le « vrai héros » par excellence, qui a le talent et la trempe de celui qui résiste jusqu’au bout.

Cette fois-ci, le flic qui ne fait pas dans la demi-mesure, est vraiment au mauvais endroit au mauvais moment après s’être rendu à Moscou pour aider son fils Jack, qu’il avait perdu de vue. 


Ce qu’il ignore, c’est que Jack est en réalité un agent hautement qualifié de la CIA en mission pour empêcher un vol d’armes nucléaires. 

Avec la mafia russe à leur poursuite et la menace d’une guerre imminente, les deux McClane vont découvrir que leurs méthodes radicalement différentes vont aussi faire d’eux des héros que rien ne peut arrêter.




Anecdotes :


Au départ, ce cinquième volet de la franchise Die Hard devait voir son action se dérouler à plusieurs endroits de la planète, à l'instar d'un James Bond par exemple.




Le chef-décorateur Daniel T. Dorrance et son équipe ont créé en tout 58 décors pour Die Hard : belle journée pour mourir : "A un moment, nous étions en train de construire plus de 46 000 m2 de décors en même temps !", se souvient le technicien. Un des décors a nécessité le travail de 20 peintres, 80 charpentiers et 10 métallurgistes qui ont passé huit semaines à le construire. Tout ça pour que la famille McClane le détruise à grands renforts d'explosions.





La production du film a utilisé des hélicoptères de pointe pour les grandes scènes d'action. Par exemple, un Mi-24 utilisé par l'ancienne armée soviétique a été mis à disposition de l'équipe de tournage par le gouvernement hongrois. Un deuxième engin est également utilisé dans le film, un Mi-26 russe. Il s'agit du plus gros hélicoptère du monde, pesant 25 tonnes pour 36 mètres de long.




Die Hard : belle journée pour mourir est l'épisode de la saga le plus court. Sa durée n'est que de 1h36 alors que ces prédécesseurs s'étalaient sur plus de 2h.
Piège de cristal : 2h06  
58 minutes pour vivre : 2h03 
Une journée en enfer : 2h08  
Die Hard 4 - retour en enfer : 2h20






Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Valérian et la Cité des mille planètes

Dunkerque

Faites sauter la banque