Shining

Shining









Pourquoi voir Shining ?

Après 2001 : l'odyssée de l'espace, Orange mécanique et Barry Lyndon, Stanley Kubrick se lance dans un genre qu’il n’avait jamais abordé jusque la, le cinéma d'horreur.

Pour cela il choisit d’adapter The Shining, un roman de Stephen King qui est déjà connu comme le maître de l'horreur du fantastique.

C'est donc en 1980 que le publique découvre l'horreur made in Kubrick, attention pas l'horreur d'aujourd'hui avec du résiné à tir la rigo, non la vrai horreur, une terreur psychologique présente toute au long du film.

En raison du huit clos qui a lieu dans cet immense hôtel perdu au milieu de nul part, l'oppression et la solitude sont ici à leur apogée.

Stanley Kubrick pendant tout le déroulement de Shining aime manipuler le spectateur.

Le film de Kubrick commence de manière assez normal mais va vite s'enfoncer dans la folie.

Le Shining de Kubrick n’a pas gardé grand de choses du roman de Stephen King, les personnages sont présents, l'histoire principal aussi mais Shining s’éloigne de l'oeuvre de Stephen King.

Pour constituer le casting de son film, Kubrick a fait appel à Jack Nicholson, un acteur en pleine ascension après Chinatown, Vol au-dessus d'un nid de coucou et The Missouri Breaks.

Jack Nicholson est ici remarquable dans ce rôle de père de famille qui a perdu l'inspiration et qui va petit à petit sombrer dans la folie.

Un rôle qui va marquer toute sa carrière tant sa folie est aussi réaliste qu’effrayante.

Jack Torrance voit cet emploi de gardien d’hôtel comme une opportunité parfaite pour retrouver l'inspiration.

Mais le rêve peut parfois ce transformer en cauchemar surtout quand on reste tout un hiver enfermé dans un endroit gigantesque.

Mais Shining est composé d'un trio d'acteurs, Jack Nicholson bien sur mais également Danny Lloyd qui interprète le jeune Danny Torrance et Shelley Duvall qui joue Wendy Torrance, la femme de Jack Torrance.

Shining est connu pour ses acteurs mais également son ambiance, les plans dans les couloirs de l’hôtel restent dans les annales du cinéma.

Shining s’éloigne tellement du roman de Stephen King qu’il constitue une œuvre à part entière.



Un film d'horreur mythique, interprété par un acteur magistral et réalisé par un réalisateur visionnaire 



Synopsis :


Jack Torrance, ex-professeur qui se voudrait écrivain, accepte le poste de gardien de l'hôtel Overlook, un palace isolé dans les montagnes rocheuses du Colorado, vide et coupé du reste du monde durant tout l'hiver.

Le directeur de l’hôtel prévient Jack qu'il y a plusieurs années, un précédent gardien, nommé Grady, avait assassiné sa femme et ses deux filles avec une hache avant de se suicider avec une arme à feu.

Il décide malgré tout de s'installer dans l'hôtel avec sa femme Wendy et son fils Danny.

Mais ce dernier semble savoir bien des choses sur l'hôtel, des visions sanglantes l'avertissent des dangers à venir.



Budget : 19 000 000 $




Anecdotes :


Tourné en 1978, la plus grande partie du film a été tournée aux Studios d'Elstree au nord de Londres à l'exception de quelques scènes extérieures.


Pour les scènes en extérieur, la neige autour de l'hôtel était constituée de petites billes de polystyrène.


Dans l'un des premiers plans du film, dans le coin droit de l'écran on voit l'hélicoptère à partir duquel une caméra aérienne suit la voiture de la famille Torrance.


Stephen King trouve le film excellent, mais il est extrêmement mécontent, il trouve que le scénario trahit l'esprit du livre, il refusa donc d’apparaître au générique final du film.



La scène de la dispute dans l’escalier entre Jack et sa femme a été tournée 84 fois.




Le labyrinthe est absent du roman, c'est une invention de Stanley Kubrick et de Diane Johnson.



   


Affiches














Pour revoir ce film d'horreur mythique en haute définition





"All work and no play makes Jack a dull boy"



Jack Torrance




"REDRUM, REDRUM , REDRUM , REDRUM , REDRUM"

Danny Torrance


"Petits cochons, petits cochons, allons, ouvrez-moi donc. Ne me refusez pas l'entrée, il n'en est pas question. Mon souffle puissant comme la mousson, je ferai sauter la maison."

Jack Torrance




Commentaires

  1. Belle galerie d'affiches...
    Les 'grands' esprits se rencontrent (à l'Overlook !) :
    http://unpontsurlocean.blogspot.fr/2014/10/le-gamin-au-velo.html

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Valérian et la Cité des mille planètes

Camping Car

Hommage à Claude Rich