Terreur dans Le Shanghai Express

Terreur dans Le Shanghai Express  
















Pourquoi voir Terreur dans Le Shanghai Express ?


Un film méconnu, jamais passé à la télévision et pourtant un excellent film.

Un huit clos dans le mythique Orient Express, avec une créature qui sème la terreur à bord.

Un duo que les fan de la Hammer connaissent, Peter Cushing et Christopher Lee.

Un film qui mérite réellement d’être regarder, pas bourré d'effet spéciaux et le scénario et ce huit clos sont assez intéressent.

Peu de moyens, mais beaucoup de suspens et de rebondissements font de ce modeste film d'épouvante un des titres phare du cinéma fantastique.



Pour ceux qui aiment les films old school  


   

Synopsis :


1903. Un paléontologue anglais découvre au Tibet le fossile d'un hominien vieux de deux millions d'années. Il décide de la ramener à Moscou en empruntant le Transsibérien. Revenu a la vie, l'hominien multiplie les assassinats dans le train.




Anecdotes :


Très affecté par la mort de son épouse intervenue quelques mois plus tôt, Peter Cushing affirma manquer de force pour commencer le tournage. Sans l'insistance de son collègue et ami Christopher Lee, il aurait bel et bien quitté la production.

Suite à une négligence concernant ses droits d'exploitation, le film est définitivement tombé dans le domaine public sur le territoire américain. De ce fait, une innombrable série de DVD, à la qualité de transfert souvent médiocre, a été éditée sous les labels les plus divers.






Loin des studios Hammer, les comédiens anglais Christopher Lee et Peter Cushing renouvellent ici leur association (pour une fois, tous deux dans le camp des héros) face à la créature aux surprenants pouvoirs. En cours de film, le duo se mue d'ailleurs en trio puisque l'acteur américain Telly Savalas, interprétant un cosaque antipathique, se joint à eux pour ajouter encore à la tension psychologique.










Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Valérian et la Cité des mille planètes

Camping Car

Hommage à Claude Rich