L'Aile ou la Cuisse

L'Aile ou la Cuisse











Pourquoi voir L'Aile ou la Cuisse ?


Chef d'oeuvre dans la filmographie du grand Louis De Funes.

Une histoire pleine d'humour, et des gags à la pelle.

Claude Zidi peut s'appuyer sur un casting de qualité :

Le duo De Funes/Coluche fonctionne à la perfection, ils incarnent à eux deux l'ancienne et la nouvelle génération de la comédie française.

Louis de Funès, dont la réputation n'est plus à faire lors du tournage, et Coluche, un comédien dont le succès débutait.

Louis De Funès qui malgré son infarctus n’a rien perdu de son énergie, même si son jeu d’acteur est moins nerveux (normal, comment vous serriez vous ?).

L'Aile ou la Cuisse est une comédie qui vise la production de nourriture industrielle (déjà à l'époque), une idée qui déroule une avalanche de gags.

Les personnages principaux, Charles Duchemin (Louis de Funès), représentant dans la réalité le guide Michelin et Tricatel (Julien Guiomar) représentent l'industriel Jacques Borel qui incarnait l'idée de la malbouffe dans les années 70.

Une caricature de la cuisine industrielle menée à la perfection.



Un très grand film de Louis De Funes



Synopsis :


Charles Duchemin, le directeur d'un guide gastronomique qui vient d'être élu à l'Académie Française, se trouve un adversaire de taille en la personne de Jacques Tricatel, le PDG d'une chaîne de restaurants.

Son fils Gérard anime en cachette une petite troupe de cirque.





Anecdotes :


Le rôle du fils de Louis De Funès avait été prévu pour Pierre Richard, mais c'est Coluche qui le remplacera car Pierre Richard préféra tourner dans On aura tout vu de Georges Lautner.


Louis De Funès avec L'Aile ou la cuisse, marque son grand retour au cinéma, après une attaque cardiaque en 1975, ou il abandonna le cinéma pour un moment.


Suite à l'infarctus de De Funès, les assurances ne voulaient prendre aucun risque sur le tournage.

Sur le plateau il y avait donc en permanence une équipe médicale en cas de malaise.






Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Hommage à Harry Dean Stanton

47 Meters Down

Dunkerque