End Of Watch

End Of Watch









Pourquoi voir End Of Watch ?


End Of Watch est tourné à la manière d'un documentaire, ce qui donne l'impression au spectateur d’être en immersion total avec les deux policier.

Dans ce film on suit le parcourt d'une patrouille de deux policer de Los Angeles, des missions de routine, des missions plus délicate et d'autre qu'ils n'auraient jamais du accepter.

Chaque journée de ces deux policier peut être la dernière.

Brian Taylor et Mike Zavala ne sont pas des super-flics, ce ne sont pas non plus des flics corrompus, ce sont juste des flics qui font leur boulot comme ils peuvent.

Un film qui balaye les stéréotypes d'Hollywood en ce ce qui concerne la police, souvent décrit comme des héros ou des corrompus.

Le film est rythmé grâce à une tension permanente, les deux coéquipier sont en osmose total et parfaitement crédible.

Un film crédible par rapport à la manière dont il est tourné, le film est réalisé à la manière d'un documentaire, comme le montre les images embarquées des caméras de police situées à l’intérieur des véhicules, cela renforce le lien entre le film et la réalité.

Un film brutal, entre documentaire et polar violent, un film construit autour de portrait d’êtres humains exerçant un métier que personne ne connait vraiment.




Un film intense à la tension qui augmente du début à la fin 




Synopsis :


Chaque jour, Brian Taylor et Mike Zavala, jeunes officiers de police, patrouillent dans les rues les plus dangereuses de Los Angeles.

À travers les images filmées sur le vif, on découvre leur quotidien sous un angle jamais vu. 

Du danger partagé qui forge la fraternité à la peur et aux montées d'adrénaline, c'est une fascinante plongée au cœur de leur vie et d'un quartier, une histoire sur l'amitié, la famille, l'honneur et le courage.



Budget : 10 000 000 $



Anecdotes :


End Of Watch signifie fin de service, c'est un registre que doit remplir un officier de police après avoir listé ses interpellations à la fin de chaque service.


Le film a été présenté en avant première au Festival de Toronto 2012.



Quatre caméras filmaient simultanément pour saisir l’action dans son ensemble, à 360 degrés.


End of Watch est le troisième film réalisé par David Ayer.



Deux des caméras étaient harnachées sur Jake Gyllenhaal et sur Michael Peña.


Les deux acteurs on suivit un entrainement policier intensif qui a duré 5 mois.


Le film a été tourné dans l’un des quartiers les plus difficiles des États-Unis, South Central.











Affiches








Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Valérian et la Cité des mille planètes

Dunkerque

Faites sauter la banque