Impitoyable

Impitoyable








Pourquoi voir Impitoyable ?



Avec impitoyable, Clint Eastwood joue gros, en effet en 1992 l’âge d’or du western et révolu.

Même si il a marqué cette époque, le western n'est plus dans les mémoires.

Mais Clint Eastwood brise le mythe du cow-boy toujours impeccable, pour créer un héros rouillé qui se joint à une belle bande de bras cassés.

Dans ce film, il dresse un portrait implacable, sombre et violent des Etats Unis.

On peut également ressentir une atmosphère particulière, qui est propre à celle des films noir.

La prestation de Clint Eastwood est comme toujours impressionnant avec son visage buriné.

Le reste du casting est simplement impeccable, Morgan Freeman, Gene Hackman, Richard Harris, ils ne déméritent en rien.



Un très beau western, magistralement interprété, réalisé et produit par le grand Clint Eastwood



Synopsis :


Kansas 1880, William Munny, redoutable hors-la-loi reconverti dans l'élevage va, à la demande d'un jeune tueur, reprendre du service pour venger une prostitués défigurée par un cow-boy sadique.




Anecdotes :


Impitoyable a remporté quatre Oscars en 1993: l'Oscar du Meilleur film, l'Oscar du Meilleur réalisateur, l'Oscar du Meilleur acteur dans un second rôle pour Gene Hackman et l'Oscar du Meilleur montage pour Joel Cox.




Aussi étonnent que cela puisse paraître, Impitoyable est seulement le troisième western à avoir remporté l'Oscar du meilleur film, avec Danse avec les loups et La Ruée vers l'Ouest.



Avec un budget de plus de 14 000 000 $, le film a enregistré une recette d'environ 159 000 000 $ au box-office mondial.



Le film a été tourné en 39 jours.




Les bottes que Clint Eastwood porte dans le film, sont les mêmes que celles qu'il portait dans la série Rawhide.


Bientôt vous aurez l'occasion de voir le remake japonais de Impitoyable, Yurusarezaru Mono.

Le film se déroule à Hokkaidō, dans les années 1880, durant l'Ère Meiji.
















Affiches







Pour (re) voir ce magnifique western en haute définition






Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Hommage à Harry Dean Stanton

47 Meters Down

Dunkerque