Mesrine : L’Ennemi Public N°1

Mesrine : L'Ennemi Public N°1










Pourquoi voir Mesrine : L’Ennemi Public N°1 ?


Le deuxième opus des aventures de Jacques Mesrine, aussi intense que le premier opus, une très bonne suite à la mise en scène toujours aussi efficace.

Mais pourquoi faire deux films ?

Et bien les deux films sont évidemment liés, mais leurs visions sont totalement différentes.

Ici dès le début, on voit que Mesrine n'est plus le même, ses convictions du début se sont envolées, au profit de son image.

Le spectateur ressent donc moins de sympathie à son égard.

Vincent Cassel est impériale, toujours aussi parfait dans ce rôle de Mesrine, une magnifique interprétation.

Le personnage de Mesrine est plus travaillé et mieux construit.

On peut dire que Mesrine : L’Ennemi Public N°1 est bien meilleur que son prédécesseur, avec une réalisation et une mise en scène plus efficace, et sans temps mort.

L'affiche du film avait fait polémique, une affiche comparable à la Passion du Christ de Mel Gibson, sauf qu'ici l'affiche fait une association Mesrine - Jésus.

Niveau interprétation, c'est évidemment Vincent Cassel qui crève l'écran dans ce rôle ou il s'est métamorphosé et impliqué.

Le reste du casting est également à la hauteur, les excellents Mathieu Almaric, Samuel Le Bihan, Gérard Lanvin, Ludivine Saigner, Anne Cosigny, et Michel Duchaussoy.

Mesrine : L’Ennemi Public N°1 est plus profond et laisse de côté le spectaculaire du premier opus.






Un magnifique biopic, et un très bon film made in France




Synopsis :


Ennemi public n°1 des années 1970, la vie de Jacques Mesrine, son retour d'Algérie, son départ pour le Québec en 1968, et son exécution par la brigade antigang Porte de Clignancourt à Paris le 2 novembre 1979 dans sa BMW.




Anecdotes :




Pour jouer le rôle de François Besse, il y a d'abord eu Benoît Magimel, Guillaume Canet, et Romain Duris, mais c'est finalement Mathieu Amalric qui incarnera Besse.




Le film a reçu 7 prix, dont 3 César :



Le César du meilleur acteur pour Vincent Cassel

Le César du meilleur réalisateur
Le César du meilleur son



Pour interpréter Jacques Mesrine, Vincent Cassel a pris 20 kilos.



Jacques René Mesrine est mort à 42 ans le 2 novembre 1979 à la porte de Clignancourt à Paris.










Affiches











Pour (re) voir l’ennemi public n°1 en haute définition









































Tu veux mettre le système échec et mat ? 

Tu l'attaques direct au porte-feuille, en braquant des banques et bien c'est ça que je fais, moi.








Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Valérian et la Cité des mille planètes

Dunkerque

Faites sauter la banque