Mesrine : L'Instinct De Mort

Mesrine : L'Instinct De Mort













Pourquoi voir Mesrine : L'Instinct de mort ?


L’instinct de mort suit Jacques Mesrine, figure mythique du grand banditisme des années 70.

Avec ce premier opus on se retrouve d’emblée dans une ambiance très dure, il nous présente l'ascension criminelle du célèbre gangster, de ses petites combines de voyous jusqu'au braquage, et ses péripéties au Canada.

Après un 1er film réalisé en 1983 et un téléfilm réalisé en 2006, cette nouvelle adaptation est plus ambitieuse.

C'est donc un biopic en deux parties, qui dit deux parties dit plus de détails, mais surtout d’éviter le recours à des flashbacks.

Le film ne cherche ni à glorifier ni à rabaisser cette légende du banditisme.

Cotés casting, Vinvent Cassel est littéralement habité par son personnage, il est Mesrine, son interprétation retranscrit la face très sombre de cet homme devenu une légende.

Cassel impose sa présence et domine tout le reste du casting, pourtant un casting cinq étoiles Gérard Depardieu
qui incarne son père spirituel, une Cècile De France, méconnaissable, la superbe Elena Anaya, et Roy Dupuis.

La mise en scène est convaincante, avec une France des années fin 60, début 70, plus que réaliste, avec des scènes d'actions efficaces.

Un film qui nous fait voyager, en passant par la France, le Canada, l’Espagne et les Etats Unis.

La première partie de ce biopic, qui retrace les premiers grands méfaits de l'ennemi public N°1, avec un Cassel entouré d'un casting de prestige.





Un film criant de réalisme





Synopsis :


Ennemi public Numéro 1 des années 1970, la vie de Jacques Mesrine, son retour de la guerre d'Algérie, son arrivée dans le milieu, ses premiers braquages, son départ pour le Canada en 1968 et sa vie de gangster là-bas.



Anecdotes :



Le film s'inspire du livre autobiographique de Jacques Mesrine, L'Instinct de mort.



L'Instinct de mort de Jacques Mesrine est publiée en février 1977. 

Le livre fut rédigé alors que Jacques Mesrine était détenu dans les Quartiers de Haute Sécurité de Fleury-Mérogis.



Le tournage du dyptique a duré neuf mois, de mai 2007 à janvier 2008.




Jacques René Mesrine est né le 28 décembre 1936 à Clichy-La-Garenne.



Jacques Mesrine s'engage dans la guerre d'Algérie comme commando parachutiste.

Cette expérience l'a profondément marqué, il aura été plusieurs fois de « corvée de bois » (expression utilisée par les soldats français entre eux pour désigner les exécutions sommaires).



Renaud lui a dédié son album Marche à l'ombre.



Le 6 février 1968, il échappe aux policiers et fuit au Canada dans la province de Québec avec Jeanne Schneider.

















Affiches






Pour (re) voir L'Ennemi Public N°1 en haute définition





Envoyez-moi en prison, mais je m’évaderai




 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Hommage à Harry Dean Stanton

47 Meters Down

Dunkerque