Indiana Jones Et Le Temple Maudit

Indiana Jones Et Le Temple Maudit










Pourquoi voir Indiana Jones Et Le Temple Maudit ?


Indiana Jones Et Le Temple Maudit a eu la mission difficile de succéder au premier volet des aventures du célèbre archéologue.

Déjà ce deuxième volet n'est pas à proprement parler une suite, c'est un préquel, l'histoire se déroule en 1935, alors que Les Aventuriers de l'arche perdue se déroule en 1936.

Après l’engouement de L'Arche Perdue, Steven Spilberg et Georges Lucas ont à nouveau travaillé ensemble sur ce nouveau volet, une nouvelle aventure bien plus sombre, moins humoristique, et beaucoup plus oppressante que les trois autres volets.

Contrairement au reste de la saga, ce volet est moins orienté divertissement familiale, mais Demi-Lune réveillera peut être le héro qui sommeil en chaque enfant.

Avec cette deuxième aventure, les spectateurs n'ont plus leurs repères, en effet à aucun moment du film le professeur Jones ne posera un pied au sein de son université, et surtout l'aventure en elle même, ici elle est involontaire, Indiana est largué en plein ciel et se retrouve malgré lui en Inde.

Pourquoi enlever les repères me direz vous, et bien cela résulte de la volonté de Steven Spielberg et de Georges Lucas de ne pas faire un second volet identique au premier.

Mais rassurez vous c'est une aventures du célèbre archéologue, l'action est toujours au rendez vous, et on peut dire qu'il n'y a aucun temps mort, l'action commence dès la scène d'ouverture, et se finira au fond d'une mine à bord de wagonnet dans une descente infernale, une scène d'anthologie.

Le temple maudit est plus sombre c'est vrai, avec son atmosphère pesante, mais l'humour n'est pas absent pour autant, comme la scène du repas (vous ne mangerez plus jamais une soupe sans chercher dedans).

C’est aussi l’épisode où l’on voyage le moins, celui où l’aventure semble s’être quelque peu éclipsée.

Les acteurs, toujours l'interprétation impeccable d'Harrison Ford, qui endosse le costume d'Indy pour la deuxième fois, à ses côtés Kate Capshaw qui incarne Willie, une chanteuse trouillarde qui devra s'adapter à notre aventurier, et que dire du jeune acolyte d’Indiana Jones, Demi-Lune un personnage génial joué par Jonathan Ke Quan.

Les décors, grande force de Spielberg, il nous offre des paysages exotiques et des décors somptueux, comme notamment la palais de Pankot avec son lot de pièges et de bestioles.

L'Inde, une brillante idée d'avoir installée l'histoire dans ce pays, foyer de civilisations parmi les plus anciens du monde, un pays empreint de spiritualité et de mysticisme.

Même si cette aventure brise les codes établis lors des Aventuriers De L'Arche Perdu, ce deuxième volet n'en demeure pas moins un épisode de la saga Indiana Jones, avec son lot d'action, d'humour et d'aventure.





Le plus sombre des Indiana Jones






Synopsis :


Indiana Jones est de retour, cette fois ci il poursuit une terrible secte qui a dérobé un joyau sacré doté de pouvoirs fabuleux.

Une chanteuse et un époustouflant gamin l'aideront a affronter les dangers les plus insensés.




Anecdotes :


Le costume blanc à fleur rouge que porte Indy dans la scène d’ouverture, est une référence à Sean Connery qui porte le même dans une autre scène d’ouverture, celle de Goldfinger .




Sharon Stone devait jouer Willie Scott, mais c'est finalement Kate Capshaw qui l'interprétera.



Steven Spielberg s'est vue refuser l’autorisation de tourner en Inde, le tournage s'est donc effectué à Kandy, au Sri Lanka.



Le club au début du film s'appelle le club Obi-Wan, une référence à Star Wars.


Dan Aykroyd fait une apparition au début du film, on le croise furtivement sur le tarmac de l'aéroport.




Les décors ont été réalisés par Elliot Scott le chef décorateur.



Kate Capshaw s'est mariée avec Steven Spielberg, 7 ans après le tournage.










Affiches











Pour (re) voir la suite des aventures d'Indy en haute définition












- C’est comme si on marchait sur des gâteaux secs.



- Ouais mais c’est sûrement pas des gâteaux secs.




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Hommage à Harry Dean Stanton

47 Meters Down

Dunkerque