Du Sang Et Des Larmes

Du Sang Et Des Larmes







Pourquoi voir Du Sang Et Des Larmes ?

Le 28 juin 2005, un commando de quatre Navy Seals part pour l’opération Red Wing, elle a pour but de localiser et d'éliminer le leader taliban Ahmad Shah, mais le commando se retrouve vite encerclé.

L'histoire est posée, une histoire vraie basée sur le livre de Marcus Luttrell, intitulé Le survivant, un livre ou il raconte comment il a survécu à la mort de ses frères d’armes.

Un best-seller dans une Amérique traumatisée par le bourbier Afghan, un bourbier qui ressemble étrangement à celui du Vietnam.

On aurait pu s'attendre à un film très patriotique et uniquement basé sur le regard américain, mais en fin de compte le film de Peter Berg laisse également place à celui de la population d'Afghanistan, une population tiraillée en les talibans et les soldats américains.

Peter Berg reprend évidemment tous les codes du genre, le patriotisme, la fraternité entre les soldats, le sens du sacrifice, ainsi qu'une bonne dose de réalisme.

Il essaie de retranscrire toute la complexité de cette guerre, qui comme le Vietnam, il est difficile de discerner les ennemis des civils dans des paysages favorables à l'ennemi.

Ce qui frappe dans Du Sang Et Des Larmes c'est son réalisme, un réalisme poignant et parfois insupportable, un calvaire décrit d'une façon brut de décoffrage, le spectateur voit la descente aux enfers de ces soldats, chaque corps criblés de balles, chaque sauts dans le vide, et chaque gouttes de sang.

Une façon pour le réalisateur de rendre hommage au courage des soldats morts pour leurs pays.

Dans cette plongée en enfer, Du Sang Et Des Larmes fait pensé à La Chute Du Faucon Noir de Ridley Scott, avec toute les horreurs de la guerre où la seule issue est la mort.

Au casting que du beau monde, Mark Wahlberg, Taylor Kitsch, Emile Hirsch, et Ben Foster qui interprètent brillamment les quatre Navy Seals.

Dans la dernière partie du film le réalisateur évite la confusion entre taliban / Afghan, il n’oublie pas de monter les habitants afghans qui se trouvent entre deux feux, et nous rappelle que de nombreux afghans soutiennent les États-Unis contre l’oppression des talibans.




Un film puissant teinté d’héroïsme




Synopsis :


Le 28 juin 2005, un commando de quatre Navy Seals prend part à l’opération Red Wing, qui a pour but de localiser et éliminer le leader taliban Ahmad Shah.

Mais rapidement repérés et encerclés, les quatre soldats vont se retrouver pris au piège.



Anecdotes :


Le groupe de Navy SEAL était composé de Michael P. Murphy, Marcus Luttrell, Danny Dietz et Matthew Axelson.





Les pertes américaines s’élevèrent à 19 hommes, les trois membres du commando Navy Seals et les seize militaires envoyés pour secourir les quatre soldats.



Luttrell réussit à survivre à ses blessures grâce à des villageois qui préviendront les soldats américains, il fut rapatrié six jours plus tard.


Le budget du film s'éleva à 40 000 000 $.





Pour plus de réalisme, Mark Walhberg, Taylor Kitsch, Emile Hirsch et Ben Foster se sont entraînés avec de véritables Navy Seals.







Affiches







Ne jamais arrêter de se battre





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Valérian et la Cité des mille planètes

Camping Car

Hommage à Claude Rich