Agora

Agora








Pourquoi voir Agora ?


Après le thriller Tesis, le fantastique avec Ouvre les yeux et l’épouvante avec Les Autres, le réalisateur touche à tout Alejandro Amenábar nous immerge dans la ville d'Alexandrie ou gronde la révolte des Chrétiens.

Alejandro Amenábar est déjà considéré comme un grand cinéaste mais contrairement à ses pères, Ridley Scott, Wolfgang Petersen ou encore Zack Snyder, le réalisateur n'avait pas encore réalisé de péplum.

Avec Agora c'est chose faite, mais il offre aux spectateurs une vision nouvelle en abordant un péplum nettement plus basé sur des débats philosophiques et scientifiques plutôt que sur des scènes de combat intenses comme Gladiator.

Mi péplum mi biopic, Agora prend comme source la vie d'Hypatie, une mathématicienne, philosophe et astronome, fille du philosophe Théon, elle a fait de grand progrès dans le domaine des sciences.

Qui de mieux que Rachel Weisz pour interpréter cette femme en avance sur son temps et fidèle à ses convictions.

L’intrigue d’Agora nous plonge dans l’Alexandrie du IVe siècle après Jésus Christ, une ville cosmopolite ou une étincelle peut tout anéantir.

Agora oppose donc les romains païens aux chrétiens dont la religion est en pleine essor, la philosophe Hypatie se retrouve malgré elle au centre de cette lutte sanglante.

Dans tous films le réalisateur reste rarement neutre sur le sujet de son oeuvre, ici Alejandro Amenábar prend nettement position en faveur des païens, il décrit les chrétiens comme les "méchants" portant des habits sombre et voulant à tout prix assurer leur emprise sur la ville d’Égypte.

Outre l’aspect historique, Agora vaut surtout pour la reconstitution quasi documentaire de la célèbre ville d'Alexandrie.

Une ville reproduite de façon magistrale avec une vision proche de la réalité contrairement au péplum des temps jadis.

Alexandrie est reproduite avec de nombreux détails mais ce qui est plaisant en plus de la fidélité des décors c'est surtout la manière dont ils sont présentés, le spectateur ne voit pas de palais flambant neuf mais belle et bien des bâtiments qui ont subi l'usure du temps.

Une reconstitution qui tranche avec les péplums clinquant comme Cléopâtre et sont budget pharaonique (pour l'époque) de 44 000 000 $.

Amenábar a opté pour un péplum beaucoup plus moderne qui sort des sentiers habituel du genre, en focalisant son film sur la philosophe et mathématicienne Hypatie qui est presque quasiment ignorée pour ne pas dire totalement, le réalisateur coupe les ponts avec les histoires habituel des grands empereurs romain ou leurs grandes batailles.

Agora est plus qu'un péplum, cette oeuvre raconte la vie et l'oeuvre d'Hypatie mais également l'histoire d'une ville qui a vu couler beaucoup de sang pour de nombreuses croyances religieuses et scientifiques, une ville entrée dans l'histoire.




Une oeuvre qui associe habillement grand spectacle et réflexions philosophiques





Synoptique :


IVème siècle après Jésus-Christ.

L'Egypte est sous domination romaine, à Alexandrie la révolte des Chrétiens gronde.

Réfugiée dans la grande Bibliothèque, désormais menacée par la colère des insurgés, la brillante astronome Hypatie tente de préserver les connaissances accumulées depuis des siècles, avec l'aide de ses disciples.

Parmi eux, deux hommes se disputent l'amour d'Hypatie, Oreste et le jeune esclave Davus, déchiré entre ses sentiments et la perspective d'être affranchi s'il accepte de rejoindre les Chrétiens, de plus en plus puissants.




Anecdotes :



Dans l'antiquité l'agora désignait le lieu de rassemblement politique ainsi que les activités économiques de la cité.




Le film a été présenté hors compétition au Festival de Cannes 2009.





Le père d'Hypatie d'Alexandrie était Théon d'Alexandrie, il fut le dernier directeur du Musée d'Alexandrie.


Bien que Agora soit d'origine espagnol, le film a été tourné dans la langue de Shakespeare.








Affiches











Pour (re) voir cette page de l'histoire en haute définition








Préservez votre droit de penser, car même penser
mal est mieux que de ne pas penser du tout



Hypatie d'Alexandrie





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Valérian et la Cité des mille planètes

Dunkerque

Faites sauter la banque