La Dernière Corvée

La Dernière Corvée







Pourquoi voir La Dernière Corvée ?

Un petit bijou injustement oublié, qui est sorti en DVD dans l'hexagone seulement en juin 2013.

Il y a des films qui sont quasiment effacés de la culture populaire, La Dernière Corvée est malheureusement de ces œuvres.

Et pourtant le long métrage de Hal Ashby a tout pour plaire, un Jack Nicholson qui démarre son ascension vers les sommets, et une histoire qui bouscule les codes de l'époque.

Sortit en 1973 aux États Unis, La Dernière Corvée est réalisé par Hal Ashby, qui réalisera plus tard Bienvenue Mister Chance, le dernier film de Peter Sellers sortit de son vivant.

Le scénario a été écrit par Robert Towne ( Chinatown, The Missouri Breaks, Armageddon, Mission : Impossible 1 et 2) d'après l'oeuvre de Darryl Ponicsan.

La Dernière Corvée fait partie du nouvel âge d’or du cinéma Hollywoodien baptisé le Nouvel Hollywood, un mouvement ou des jeunes cinéastes et acteurs réalisent et interprètent des films beaucoup plus audacieux et engagés.

Ce mouvement est né à la fin des années 60, après notamment le succès du mythique Easy Rider avec un certain Jack Nicholson.

Le cinéma Hollywoodien se rend compte que le public est beaucoup plus jeune qu'auparavant, nettement plus exigeant et surtout engagé dans des mouvements contestataires notamment contre la guerre du Vietnam.

C'est dans les années 70 qu’apparaissent des chefs d’œuvres comme Apocalypse Now, Voyage au bout de l’enfer ou encore Taxi Driver.

C'est donc dans cette atmosphère de liberté d'expression que le réalisateur Hal Ashby adapte sur grand écran l'oeuvre de Darryl Ponicsan.

Le film raconte l’histoire de deux marins de l'US Navy devant en escorter un autre à une prison militaire où il devra passer 8 ans, le motif, avoir volé 40 dollars.

Devant cette injustice et l'innocence du jeune matelot, les deux marins ne vont pas le livrer directement, avant ils vont lui faire vivre les meilleures moments de sa vie.

Pour interpréter l'un deux marins Hal Ashby fait appel à un comédien emblématique qui est en route vers les sommets après Easy Rider et Cinq pièces faciles, j'ai nommé Jack Nicholson.

Jack Nicholson interprète Billy "Bad Ass" Buddusky et pour l'accompagner dans sa mission on retrouve Otis Young dans le rôle de Mulhall "Mule".

Pour incarner le matelot condamné abusivement de huit ans de prison pour avoir voler 40$, on retrouve le tout jeune Randy Quaid qui interprète Meadows.

La Dernière Corvée est une excellente comédie dramatique centrée sur trois personnages, une oeuvre sur des marins sans bateau mais surtout sur un système injuste.

Les films sont souvent le reflet d'une société à un moment donné, son contexte politique, culturel, ses doutes et ses peurs.

Ici le long métrage de Hal Ashby se concentre sur l'injustice flagrante d'un jeune qui ne peut s’empêcher de dérober tout et n'importe quoi, une condamnation de huit ans pour avoir essayé de voler 40 pauvres petits dollars, mais les deux matelots vont essayer de lui faire passer un moment inoubliable.

La Dernière Corvée a bénéficié d’une liberté créatrice jamais atteinte jusqu’alors, et pour l'époque ce n'est pas pour déplaire.

Un film qui s'inscrit tout naturellement dans le nouveau courant de pensée qui règne à Hollywood.


Un des films phares de cette période



Synoptique :



Buddusky et Mulhall, deux marins de l’US Navy sont chargés de convoyer Meadows, un jeune matelot jusqu’à une prison militaire.

Il a été condamné à 8 ans de prison pour avoir tenté de voler 40 dollars, les deux marins décident d’offrir au condamné une virée inoubliable.





Anecdotes :




Jack Nicholson a reçu le prix d'interprétation masculine au Festival de Cannes de 1974 pour son rôle de Billy Buddusky.


Pour jouer dans La Dernière Corvée, Jack Nicholson a refusé le rôle de Johnny Hooker dans L’Arnaque.


Portsmouth Navy Yard est un important centre de construction et de réparation naval de l’US Navy.


John Travolta devait normalement interpréter Meadows.






Affiches






Pour (re) voir ce petit bijou pour la première fois en DVD






Buddusky - Il est assez fondu ton fromage ?

Meadows - Oui oui 

Buddusky - Il est pas fondu du tout.

Tu devrais réclamer 

Meadows - Oh ça ira chef

Buddusky - Renvois le à la cuisine pour le faire fondre, tu a payé pour ça.

Meadows - Oh c'est très bien comme ça.

Buddusky - Meadows tu va le manger comme tu l'aime.

Patron, faite fondre le fromage pour monsieur vous voulez bien ? Merci

Tu a vu Meadows, c'est tout aussi facile de l'avoir comme tu préfère.







Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Valérian et la Cité des mille planètes

Dunkerque

Faites sauter la banque