La French

La French








Pourquoi voir La French ?

Les Américains avait leur French Connection maintenant les Français ont le leur.

En 1972 sortait sur les écrans French Connection, réalisé par William Friedkin et interprété par Gene Hackman, le film a remporté cinq Oscars, plus de quarante ans après, le réalisateur Cédric Jimenez évoque les destins croisés du juge Pierre Michel et de Gaëtan Zampa.

Avec son titre, le long métrage se démarque de l'oeuvre de William Friedkin, La French se déroule quasiment exclusivement en France et s'intéresse à la partie non développé par French Connection, le long métrage met en lumière les actions et la dévotion mises en œuvre par le juge Michel pour démanteler le réseau de Zampa et ainsi éradiquer le trafic de drogue.

C’est donc la première fois que cette histoire est développée du point de vue du juge Pierre Michel.

Le réalisateur accorde d'ailleurs une grande importance au juge Pierre Michel qui nous est présenté comme un homme héroïque fervent défenseur de la justice, dans la "vraie" vie le juge Michel est connu pour sa lutte acharnée contre le trafic de drogue à Marseille, il enraille le système très bien huilé de l'exportation de l’héroïne made in Marseille vers les Etats-Unis, elle fait des ravages dans toutes les rues américaines, les autorités américaines sont totalement dépassées par l'ampleur du trafic, mais comme toute chose il faut prendre le problème à la racine, l'organisation marseillaise.

Le Yin ne serait rien sans le Yang, La French délaisse quelque peu l'action pour se concentrer sur la confrontation, celle du juge Michel et du parrain marseillais Gaëtan "Tany" Zampa.

Zampa est une figure majeure du milieu marseillais des années 1970., il bâtit un véritable empire du crime dans le sud de la France, mais avec l’arrivé du juge Michel l'empire va s'effriter.

Pour mettre sur pied ce long métrage ambitieux qui renoue avec le polar made in France, un jeune cinéaste, Cédric Jimenez.

La French marque sa deuxième réalisation, on peut se demander pourquoi confier un tel projet à un réalisateur qui n'avait réalisé qu'un seul film, tout d'abord pour Cédric Jimenez La French est un projet personnel et puis il connait l'atmosphère de Marseille des années 70-80 puisqu'il est né à Marseille en 1976, il y passera d'ailleurs les 19 premières années de sa vie.

Etant impliqué dans ce projet, Cédric Jimenez signe le scénario de La French avec sa compagne Audrey Diwan.

Outre un réalisateur engagé, La French possède également un joli casting, Jean Dujardin qui incarne très humainement le juge Michel, personnage principal de l'histoire le juge est présenté comme le symbole de la justice, un chevalier blanc partant en croisade contre le mal et comme dans toute guerre le mal n'est jamais loin.

Pour ajouter un côté sombre au juge le réalisateur a rajouter l'addiction au jeu à son personnage, un rajout purement fictif car le juge Michel n'était pas accro a jeu mais pour le réalisateur le juge pratiquait énormément des coups de poker, un clin d'oeil.

Quant à lui Gilles Lellouche incarne Gaëtan Zampa, au début parrain indétrônable craint de tous puis un homme qui voudrait changer de vie, ce qui fait de lui un homme attachant.

Côté seconds rôles, Benoît Magimel, Moussa Maaskri, Céline Sallette, Mélanie Doutey, Guillaume Gouix, Bruno Todeschini, Cyril Lecomte, sont tous à la hauteur.

La French a des influences américaines, son réalisateur Cédric Jimenez a baigné dans les films de Scorsese, Coppola, De Palma, rien de mal à s'imprégner de grands réalisateurs, La French s’imprègne de quelque codes du cinéma US mais reste avant tout un film français.

Le véritable chalenge pour retranscrire une histoire vraie c'est ben évidemment de recréer l’atmosphère de l'époque, en l’occurrence ici celle des années 70, le spectateur se sent dans le Marseille des 70s, tourné dans la cité phocéenne chaque détaille a été réalisé avec une grande minutie, des vêtements en passant par les voitures jusqu’au accessoires anodins de la vie de tout les jours, tout est imprégnés de cette ambiance rétro.

La French n'est pas sans défauts mais le long métrage de Cédric Jimenez s’impose comme un polar made in France très intéressant car il aborde pour la première fois le travail d'un justicier et son sacrifice, un film qui prouve que la France peut encore réaliser de très bon polar.

La French peut également compter sur son excellent casting qui place La French au rang des grands polars.




Un polar qui renoue avec ceux de 70



Synopsis :


Marseille, 1975. Pierre Michel est un magistrat qui vient tout juste de prendre ses fonctions à Marseille.

Nommé juge du grand banditisme, le juge Michelet s’attaque à la French Connection, une organisation mafieuse du trafic d'héroïne à destination des États-Unis. 



Anecdotes :




La French marque la troisième collaboration entre Jean Dujardin et Gilles Lellouche après Les petits mouchoirs (2010) et Les Infidèles (2012).


Le juge Pierre Michel est né le 2 juillet 1943 à Saint-Amans-Soult et mort assassiné à Marseille le 21 octobre 1981, quand à Gaëtan Zampa, il est né le 1er avril 1933 à Marseille et mort le 16 août 1984 à l'hôpital Salvator de Marseille après s’être pendu dans sa cellule.


La French a bénéficié d'un budget de 21 000 000 €.


Le film a pratiquement été entièrement tourné à Marseille.


Les Américains préféraient nommer La French Connection, Corsican Connection.


La French a également été distribué aux USA ainsi qu'au Canada et en Europe.  





Affiches









Pour (re) voir ce polar made in France en haute définition




"Si la société est pourrie, on a beau la combattre, cela revient à combattre une hydre qui a des milliers de têtes. On en coupe quelques-unes mais il y en a toujours deux ou trois qui renaissent. Je me sens davantage désabusé par la société, par cette gangrène qui nous mine. Finalement, on a les truands qu'on mérite. En cela, certainement, Pierre et mort pour rien."

Bernard Michel, avocat et frère du juge Michel



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Valérian et la Cité des mille planètes

Camping Car

Hommage à Claude Rich