Mississippi Burning

Mississippi Burning








Pourquoi voir Mississippi Burning ?

Un film qui attaque de manière frontale l’intolérance dans le sud des États-Unis.

C'est le réalisateur Alan Parker qui s'est chargé de réaliser ce film qui relate des faits qui eurent lieu en juin 1964 dans l’État du Mississippi.

Avant Mississippi Burning, le réalisateur britannique était surtout connu pour des long métrages tel que Midnight Express, Fame ou encore Angel Heart, avec Mississippi Burning il s'attaque à la dénonciation du racisme.

Le scénario de Mississippi Burning est signé Chris Gerolmo, le scénariste s'est inspiré d'un événement qui s'est déroulé juste après le commencement du Freedom Summer, l’assassinat par des membres du KKK de trois militants pour les droits civiques, Michael Schwerner,Andrew Goodman et James Chaney.

Le Freedom Summer est le nom donné à un important mouvement des droits civiques aux États-Unis.

Ce mouvement s'est déroulé comme son nom l'indique en été et plus précisément pendant l'été 1964 dans l'État du Mississippi, il avait pour objectif de faire inscrire le maximum de noirs sur les listes électorales, une action menée car à l'époque les noirs étaient quasiment absents des listes.

Juste après Angel Heart le réalisateur britannique s'attaque ici au vieux démon de l'Amérique, le racisme très ancré dans la population blanche du sud des États-Unis.

Mississippi Burning se situe en juin 1964, trois militants des droits civiques disparaissent mystérieusement sans laisser de traces alors qu'ils étaient de passage à Jessup County dans le Mississippi.

Le FBI envoi sur place deux agents pour les retrouver, Rupert Anderson (Gene Hackman), l'expérimenté et Alan Ward (Willem Daffoe) la jeune recrue, leur enquête et leur questions vont déranger beaucoup de monde, en en particulier le Ku Klux Klan.

Le scénario reste très classique, deux policiers que tout oppose qui travaillent ensemble, sans surprises donc, mais la force de Mississippi Burning c'est sa mise en scène ainsi que son casting.

Gene Hackman comme souvent est parfait, il interprète l'agent du FBI Rupert Anderson, pour l'accompagner dans son enquête il sera épaulé par l'agent Alan Ward interprété par Willem Dafoe tout juste sortie de la jungle du Vietnam.

Les seconds rôles ne sont pas en reste et offrent des interprétations solide comme en témoigne le jeu de de la touchante Frances McDormand ainsi que R. Lee Ermey, Brad Dourif et Michael Rooker.

Avec Mississippi Burning, Alan Parker dénonce indéniablement la haine de l'étranger, une haine qui ne se focalise pas que sur les noirs mais sur toutes les personnes étrangères à la communauté, que du bonheur.

Ici les pas gentils sont clairement identifiés et identifiables, les membres du Ku Klux Klan, des joyeux bonshommes qui s'amusent à brûler des croix dans des champs (malheureusement pas que des croix), des gens d'une tolérance extrême, très conviviaux, qui vénèrent la phrase tous les hommes sont nés libres et égaux (oui bon la tout est ironique).

Le KKK est une organisation tristement célèbre qui prône la suprématie blanche aux États-Unis, en s'attaquant à cette organisation fondée en 1865, le réalisateur condamne avec grande fermeté les actes commis dans le sud mais essaye aussi de comprendre sans toutefois pardonner.

Alan Parker essaye de trouver le pourquoi du comment, montrer au monde qu'en fin de compte cette petite ville du fin fond des États-Unis est encrée depuis beaucoup trop longtemps dans ses traditions, sa haine envers les personnes étrangères, comment changer une mentalité qui est conditionné depuis l'enfance ?

Comme le montre la très belle réplique dite par l'actrice Frances McDormand qui interprète madame Pell :

"On ne naît pas avec la haine. On l'apprend."

Grace à ses décors, son casting, sa mise en scène et sa musique signée par le grand Trevor Jones (Coup de foudre à Notting Hill, Le Dernier des Mohicans, Runaway Train, Angel heart) Mississipi Burning marque le film policier des années 80 et par la même occasion offre un film efficace.



Un classique




Synopsis :


En 1964, trois militants pour les droits civiques des noirs disparaissent mystérieusement.

Ce sont deux agents du FBI qui sont chargés de l’affaire.

Très vite, Alan Ward et de Rupert Anderson dérangent tout particulièrement le Ku Klux Klan.




Anecdotes :



Mississippi Burning est le huitième film d'Alan Parker.


Le tournage a eu lieu au Mississippi et en Alabama.


Mississippi Burning a obtenu 19 récompenses dont l'Oscar de la meilleure photographie.


Les trois militants pour les droits civiques, James Chaney, Andrew Goodman et Michael Schwerner ont été assassinés dans la nuit du 21 au 22 juin 1964 près de Philadelphia par des membres des White Knights of the Ku Klux Klan de l'État du Mississippi et du Bureau du shérif du comté de Neshoba. 

Le FBI a retrouvé les corps 44 jours plus tard.


Après que le gouvernement de l'État refusa de poursuivre les meurtriers présumés, le gouvernement fédéral a repris les charges contre 18 personnes, mais n'a pu obtenir des condamnations que pour sept d'entre elles.





Affiches








"On ne naît pas avec la haine.

On l'apprend.

A l'école, on apprenait que la ségrégation était dans la bible.

La Genèse 9, verset 27.

A sept ans, si on vous le répète suffisamment, on finit par le croire.

On croit en la haine.

On la vit, on la respire.

On l'épouse."


Madame Pell



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Valérian et la Cité des mille planètes

Dunkerque

Faites sauter la banque