Jurassic World

Jurassic World







Pourquoi voir Jurassic World ?

Le parc d'attraction le plus célèbre du cinéma marque son grand retour.

Plus de vingt ans après la sorti de Jurassic Park et après le décevant Jurassic Park III ou Steven Spielberg était absent de la réalisation, l'idée d'une suite de la saga Jurassic Park a fait son chemin.

C'est donc en 2015 que les dinosaures font leur grand retour avec Jurassic World, comme son prédécesseur le film n'est pas réalisé par Spielberg, c'est Colin Trevorrow, réalisateur aux trois ans de carrière qui s'attaque à la réalisation de ce blockbuster.

Steven Spielberg ici n'est pas réalisateur mais il reste quand même attaché au film en tant que producteur exécutif, confier un tel projet à un réalisateur presque novice est toujours risqué quand on sait qu'avant de réaliser Jurassic Park, Spielberg avait déjà réalisé 14 films dont Duel, Les Dents De La Mer, Rencontre du 3ème type, Indiana Jones, E.T. L'Extra-Terrestre.

Pour sa première plongé dans le grand bain des films à grand budget, Colin Trevorrow s'en sort avec les honneurs, il s'entoure des scénaristes Rick Jaffa, Amanda Silver et Derek Connolly, le réalisateur se prête également au jeu de l'écriture, vingt ans après les scénaristes trouvent une nouvelle idée pour relancer la saga, comme pour les autres volets, Jurassic World suit la chronologie et se déroule après les événements des trois volets.

Contrairement aux autres opus de la saga, ici le spectateur peut enfin découvrir le parc terminé et ouvert au public, on est loin du parc de John Hammond, ici c'est plus une sorte de Disneyland ou le public visé est clairement les enfants, alternant attraction qui leur est dédiés et d'autres plus impressionnantes.

Le succès du parc ne suffit plus, les actionnaires en veulent toujours plus et il faut retrouver l’intérêt du public pour des dinosaures qui sont devenus banal, méme le célèbre T.Rex n'impressionne plus, les généticiens du parc ont donc l'idée de créer l’Indominus Rex, un croisement de plusieurs dinosaures dont le T.Rex, un dinosaure grand, puissant et très intelligente.

Bien évidemment rien ne va se passer comme prévu, le gros dino s'échappe et sème la terreur sur son passage, la caméra tourne autour de l'escapade de l'Indominus Rex hors de son enclos, le réalisateur ne s'aventure pas sur un terrain inconnu et reste sur les rails.

Contrairement au premier volet qui multipliait les touches d'originalité avec un scénario bien rodé, Jurassic World reste dans les clous du genre et c'est tout.

Ce nouveau volet n'oublie pas de rendre hommage à ses prédécesseurs et multiplie les clins d’œil que les fans de la saga apprécieront, mais le problème c'est que Colin Trevorrow s'enlise dans ses hommages appuyés à la saga et à la vision de Spielberg

Il oublie d'apporter sa vision de Jurassic Park, d'ailleurs certaines scènes rappellent énormément des actions se déroulent dans les autres opus de la saga.

Le réalisateur semble perdu dans l'immensité du parc, il n'apporte rien de nouveau surement par respect pour le travail de Spielberg, il n'ose pas dénaturer l'esprit de Jurassic Park, dommage car les spectateurs apprécieront les premiers pas dans le parc enfin ouvert au public, un parc immense débordant de dinosaures et de nouvelles technologie.

Et puis il y a le dressage des raptors qui semble pour le moins impossible, dans la peau des dresseurs Chris Pratt qui livre une prestation honorable sans non plus crever l'écran, et Omar Sy qui ici fait plus de la figuration qu'autre chose.

Le reste du casting n'est pas aussi charismatique que Jurassic Park, Bryce Dallas Howard, Vincent D'Onofrio, Nick Robinson, Ty Simpkins et B.D. Wong qui reprend son role du premier volet.

Les films à gros budget d'aujourd'hui ont oublié l'essentiel, une atmosphère vaut mieux que des millions de dollars, dans Jurassic Park les carnivores étaient des ombres avant d’apparaître, le T. Rex n’apparaît que dans trois scènes, les raptors se faisaient désiré, le spectateur devait être patient avant de voir un dinosaure, cette attente faisait naître la peur, avec Jurassic World le réalisateur multiplie les gros dinosaures mais oublie l'essentiel, la peur.

Jurassic World assure le spectacle, les effets spéciaux ont évolué et les dinosaures sont devenus très réalistes, c'est pour cela que Jurassic World mérite d’être vu, il en met plein la vue, mais malheureusement cet épisode ne fait que ça, il oublie l'essentiel d'un bon film, l'histoire.

Jurassic World est un blockbuster estival qui en met plein la vue mais délaisse son scénario pour des effets spéciaux certes réussis mais à vouloir en faire trop on perd tout.

Ce volet est loin d’être le meilleur de la saga et Jurassic Park reste au sommet malgré ses 22 ans.



Dommage




Synopsis :



Vingt-deux ans après l'ouverture de Jurassic Park, le « plus grand parc à thèmes jamais construit dans l'histoire humaine », les scientifiques aux ordres de Claire Dearing tentent de trouver une nouvelle attraction pour captiver les milliers de visiteurs journalier.

L'Indominus Rex est né, un dinosaure génétiquement modifié va semer la terreur dans parc.





Anecdotes :



A l'heure d'aujourd'hui le film a rapporté plus de 1 630 325 000 $.


Le film a pratiquement été tourné à Hawaii ainsi qu'en Californie et en Louisiane.




La Jeep numéro 29 que les enfants réparent et la méme que conduisent Hammond et Genarro dans Jurassic Park, pareil pour la Jeep numéro 18 que Owen et Claire conduisent, elle est conduise par Grant, Sattler et Malcolm dans le premier volet.



Au départ le film devait s'appeler Jurassic Park: Extinction.


Jurassic World est le premier film de la saga à ne pas utiliser d'animatroniques.



Les dinosaures ont été réalisés par ordinateur par le studio Legacy Effetcs.




Jurassic World est sorti 22 ans après Jurassic Park.




Nourrir les dinosaures marin avec requins est une référence aux Dents de la Mer de Spielberg.




Affiches









Pour (re) voir l'ouverture du parc en haute définition









Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Valérian et la Cité des mille planètes

Dunkerque

Faites sauter la banque