Snowpiercer, Le Transperceneige

Snowpiercer, Le Transperceneige








Pourquoi voir Snowpiercer, Le Transperceneige ?

Snowpiercer, Le Transperceneige est une oeuvre à la fois complexe et magnifique.

Pour son septième film, le réalisateur Sud-Coréen Bong Joon-ho s'attaque à l'adaptation du Transperceneige.

Bande dessinée de science-fiction post-apocalyptique française en noir et blanc, Le Transperceneige est une oeuvre créée par Jacques Lob et Jean-Marc Rochette, le premier Tome intitulé Le Transperceneige à été publié en février 1984, suivrons L'Arpenteur (1999), La Traversée (2000) et Terminus (2015),

Quatre ans, c'est le temps qu'il aura fallu au réalisateur de Mother pour mettre sous les feux des projecteurs le plus gros budget de l'histoire du cinéma coréen (40 000 000 $), c'est en 2004 que Bong Joon-ho découvre la série de bande dessinée Le Transperceneige, pour le réalisateur qui vient de finir son deuxième film, Memories of Murder, la découverte de cette bande dessinée est comme une révélation, fasciné par l'histoire il décide d'acquérir les droits d'adaptation.

Transposer une bande dessinée sur grand écran n'est jamais chose aisée, nombreuses adaptations furent des échecs tant sur le point cinématographique que financier, mais c'était sans compter sur le rêve du réalisateur et les nombreux moyens techniques.

Pour bâtir son film Bong Joon-ho a non seulement obtenu le plus gros budget de toute l'histoire du cinéma coréen mais a également tourné dans le plus long studio d'Europe, il s'agit des Studios Barrandov à Prague, en raison de la construction d'un véritable train comportant 26 wagons il fallait un lieu de tournage adapté, lieu introuvable en Corée du Sud.

Dans la bande dessinée ne donne aucune explication sur les origines de ce chaos, les scénaristes Bong Joon-ho et Kelly Masterson ont donc imaginés le commencement, cette glaciation a été causée par nul autre que nous, réchauffement climatique oblige les chercheurs ont mis au point un produit capable de faire baisser la température, le problème c'est que ce produit miracle a trop bien fonctionné et a fait descendre la température bien trop brutalement causant une nouvelle ère glaciaire.

Après ce cataclysme une poignée de survivants se retrouve dans un train qui roule continuellement, les hommes se sont rapidement organisés en classes, en tête de train les habitants vivent dans un environnement luxueux ou la nourriture coule à flot et ou les activités ne manquent pas, mais plus on s'éloigne et moins la vie est facile, en queue de train vivent des hommes qui s'entassent dans la crasse et la promiscuité, la nourriture est composée uniquement d'une barre de protéine qui est rationnée, les gardes sont sans pitié et inspire la peur.

Mais la révolte gronde parmi les occupants de l'arrière, comme dans la bande dessinée on peut suivre la progression des homme de l'arrière jusque dans le wagon de tête, une progression non sans résistante et sans perte.

Pendant la première demi-heure, Bong Joon-ho nous présente la situation en queue de train, misère et oppression sont montrés avec une efficacité redoutable, l’atmosphère et le décor sont posés,le train grandeur nature reconstitué avec une grande minutie est un personnage à part entière, une machine perpétuelle, sorte d'arche de Noé qui conduit les derniers membres de l'humanité.

Le rythme et l'action du film montent crescendo, plus le groupe avance plus les pertes sont importantes,le spectateur en franchissant les portes les unes après les autres découvre à la manière d'un jeux vidéo un autre environnement, radicalement différent du précédent.

Les décors du film sont extrêmement importants pour se film qui se déroule intégralement dans ce train, un huit clos sombre et efficace qui est l'un des points fort de ce long métrage.

Snowpiercer, Le Transperceneige nous nous emporte au cœur d’une lutte à mort entre deux classes sociales que tout oppose, une révolution des faibles face aux puissants, une dimension politique plus qu'évident, la dictature instaurée par Wilford incite les opprimés à tout faire pour survivre et faire le travail de dame nature.

Cotés personnages, le film est dotés d'un beau casting, Chris Evans (Curtis), Jamie Bell (Edgar), John Hurt (Gilliam), Song Kang-ho (Namgoong Minsu), Ed Harris (Wilford), mention spécial à Tilda Swinton qui incarne l’excentrique Mason.

Snowpiercer, Le Transperceneige était d'abord un pari plus que risqué, mais Bong Joon-ho a su exploiter ce huit clos et parvient à signer un divertissement ambitieux et réussi, rythme efficace et histoire prenante le Transperceneige offre un spectacle époustouflant dans la noirceur de ce dernier refuge de l'humanité.



Éblouissant



Synopsis :


2031, les derniers survivants de l'humanité vivent à bord d'un train qui roule sans jamais s’arrêter.

Une poignée d'homme vivant en queue de train tente de s'emparer de l'avant pour prendre le contrôle et s'extirper de la crase et de l'oppression.




Anecdotes :



Le film a été projeté en avant première à Seoul le 29 juillet 2013.




Le tournage a duré 72 jours.



Le film a été tourné en République Tchèque (Studios Barrandov, Prague) et en Autriche (glacier de Hintertux dans le Tyrol).


C'est Marco Beltrami qui est le compositeur de la musique du film, il a notamment travaillé sur la saga Scream, mais aussi Hellboy, Démineurs, The Thing et La Dame en Noire.


Sur le film Bong Joon-ho réalise mais est également scénariste avec Kelly Masterson.



Snowpiercer, Le Transperceneige est le premier film du réalisateur tourné intégralement en anglais.



  

Affiches







Pour (re) voir cette lutte en haute définition



"Nous avançons"

Curtis





Commentaires

  1. BONG JOON-HO est un réalisateur sachant très bien raconté comme la filmé une histoire que ce soit réel (MEMORIES OF MURDER) ou une bande dessiné.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Valérian et la Cité des mille planètes

Dunkerque

Faites sauter la banque