La Folle Histoire de l'espace

La Folle Histoire de l'espace







Pourquoi voir La Folle Histoire de l'espace ?

Aujourd'hui mardi 28 juin 2016 marque le 90ème anniversaire du délirant Mel Brooks.

Pour cette occasion revenons ensemble sur une parodie culte, La Folle Histoire de l'espace (Spaceballs).

Après La Folle Histoire du Monde ou Mel Brooks réécrivait l'histoire, le réalisateur s'attaque à un morceau de taille, la trilogie de George Lucas, Star Wars (Un Nouvel Espoir, L'Empire Contre-Attaque, Le Retour du Jedi), La Folle Histoire de l'espace est la quintessence du film parodique,

Les Spoof Movies ont connu leur heures de gloires dans les années 80, ils collectaient tous les éléments propres aux blockbusters pour les parodier, ce genre a vu le jour avec The Little Train Robbery en 1905 et ses développé dans les années 60/70.

Le réalisateur emblématiques des films parodiques est incontestablement Mel Brooks, le réalisateur et scénariste new-yorkais s'est lancé dans la parodie en 1974 avec deux films qui resterons des classiques, j'ai nommé Frankenstein Junior et Le Shérif est en prison.

Avec La Folle Histoire de l'espace, Mel Brooks s'attaque à un gros morceau et prend d'énormes risques, en effet en 1987 cela fait 4 ans que la trilogie Star Wars s'est terminée avec l'épisode VI, la saga initiée par George Lucas a connu un succès planétaire, un véritable raz-de-marrée qui s'est rapidement transformé en un phénomène de société.

C'est donc à cette saga que Mel Brooks s'attaque, en connaissant tout à fait l'impact que sa parodie pourrait avoir quand on sait que la saga possède des millions de fans à travers le monde, un projet audacieux donc.

Mais plus qu'une parodie, Mel Brooks rend un vibrant hommage à la saga de Lucas mais également à d'autres films de science-fiction (Star Trek, La Planète des singes, Alien), c'est sûrement pour cela que La Folle Histoire de l'espace a connu un succès commercial confortable, et est toujours un classique voir le classique de la parodie.

Pour réaliser son projet fou, Mel Brooks écrit en compagnie d'amis fidèles, Thomas Meehan (To Be or Not to Be) et Ronny Graham ( To Be or Not to Be, La Folle Histoire du Monde), ensemble ils vont essayer de coller le plus possible à l'univers si particulier de la science-fiction et ainsi de parodier habillement tous les éléments si particuliers qui font les films de SF.

La Folle Histoire de l'espace est truffé de situations et de gags déjantés, on peut même dire que le film est un gag à lui tout seul car il ne s’arrête qu'au clap de fin, le film regorge de petites pépites comme le fameux téléporteur qui n'en fait qu'à sa tête, une référence directe à Star Trek, mais également l'expression "passer le désert au peigne fin" qui est véritablement appliquée, le combat de sabres lasers, le passage en vitesse démesurée et j'en passe.

Mel Brooks pointe quand même quelques critiques sur la sagas de Lucas, la plus grande étant le merchandising à outrance de Star Wars, des objets aussi déverses et variés allant de la brosse à dents estampillée Star Wars au grille pain en passent par les céréales.

Il n'y a jamais eu une saga avec autant de produits commercialisés sous licence et Mel Brooks sans donne à cœur joie.

Tous les gags visuels ne seraient rien sans les costumes et autres décors, pour coller le plus possible à l'univers de Star Wars et donc aux décors, Mel Brooks s'est entouré du chef décorateur Terence Marsh (Un Pont trop loin, To be or not to be, Nuit de noces chez les fantômes) et du costumier Donald Lee Feld (Le Syndrome chinois, La Grande Course autour du monde, Le Kid de Cincinnati).

La réussite de La Folle Histoire de l'espace doit également énormément à ses personnages hauts en couleurs et en bêtises, l'arrivée de Lord Casque Noir est un moment culte, campé par Rick Moranis, cette parodie de Dark Vador est certainement le personnage le plus drôle du film, un casque démesuré, un corps de gringalet, Rick Moranis marque les esprits.

Deux ans plus tard il endossera à nouveau le rôle de Louis Tully dans SOS Fantômes 2 et celui de Wayne Szalinski dans Chérie, j'ai rétréci les gosses.

Bill Pullman quant à lui campe Yop Solo une parodie du célèbre Han Solo, le regretté John Candy incarne son fidèle acolyte Beurk et Mel Brooks interprète Le président Esbroufe ainsi que Yaourt.

Le reste du casting est composé de Daphne Zuniga (La princesse Vespa), George Wyner (Le colonel Saint-Cyr), et Dick Van Patten (Le roi Roland).

Selon Mel Brooks, George Lucas a tellement aimé le film qui lui a écrit une lettre pour le remercier pour ce grand moment de grande rigolade.

Mel Brooks a déclaré qu'il été extrêmement flatté par les compliments et le soutient de Lucas.

La Folle Histoire de l'espace est certainement la parodie la plus complète et la plus réussi de l'histoire, malgré les années elle ne prend pas une ride et nous fait toujours aussi rire.



La plus grande parodie de l'univers



Synopsis :


Le président Esbroufe et son bras droit Lord Casque Noir, décident de s'emparer de l'atmosphère de la pacifique planète Druidia.



Anecdotes :


C'est Rick Moranis qui a suggéré John Candy pour joué le role de Beurk.


Le président Esbroufe, Skroob en vo, est un anagramme de Mel Brooks.



Le film a été tourné en Californie (San Diego, Studios MGM), en Arizona et en Allemagne.



Le budget du film s’élève à 23 000 000 $, ce qui est nettement supérieur au budget des deux premier épisode de Stars Wars, Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir (11 000 000$) et Star Wars, épisode V : L'Empire contre-attaque ( 18 000 000 $).



Lorsque Yop solo et Beurk font escale au 'Gus's Galaxy Grill, on aperçoit le Faucon Millénium.






Affiches








Pour (re) voir ce classique de la parodie en haute définition




Lord Casque Noir : Avant que je te tue, il y a quelque chose que tu dois savoir qui nous concerne tous les deux Yop Solo.

Yop Solo : Quoi ?

Lord Casque Noir : Je suis le cousin du neveu du frère du père de ton premier copain de chambrée.

Yop Solo : Quel est notre lien de parenté ?

Lord Casque Noir : Nous n'en avons pas le moindre. C'est pour ça que ce qui doit arriver va t'arriver. Prépare-toi à mourir.


Lord Casque Noir : Qui a fait de lui un canonnier ?

Major Trouducul : Moi, Seigneur. C'est mon cousin.

Lord Casque Noir : C'est qui ?

Colonel Saint-Cyr : C'est un Trouducul, Seigneur.

Lord Casque Noir : Ouais, ça je l'ai vu. C'est son nom que je demande.

Colonel Saint-Cyr : C'est son nom, Seigneur. Trouducul. Major Trouducul.

Lord Casque Noir : Et son cousin ?

Colonel Saint-Cyr : C'est un Trouducul aussi. Canonnier de première classe Philippe Trouducul.

Lord Casque Noir : Est-ce qu'il y a encore d'autre Trouducul à bord de ce vaisseau ?

Tout le monde sur la passerelle : MOI !

Lord Casque Noir : Ça je le sentais, je suis entouré de trous-du-cul !







Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Valérian et la Cité des mille planètes

Camping Car

Hommage à Claude Rich