Mission

Mission







Pourquoi voir Mission ?

Pour souhaiter un très bon 68ème anniversaire à Jeremy Irons, revenons sur une très belle interprétation de l'acteur britannique.

Deux ans après avoir entamé sa carrière de réalisateur avec La Déchirure, film qui dépeint un Cambodge dévasté par l'invasion de Phnom Penh par les Khmers rouges, Roland Joffé avec trois Oscars en poche pour un film réalisé s'attaque à une autre dénonciation, celle de la conquête et de la domination portugaise et espagnole sur le Nouveau Monde au XVIIIème siècle.

Épaulé par le scénariste Robert Oxton Bolt qui a travaillé sur Lawrence d'Arabie, Docteur Jivago, et Le Bounty, le réalisateur dresse la vie des jésuites et le massacre des indiens Guarani au XVIIIème siècle.

En 1740, l’empire espagnol étend sa domination jusqu’en Amérique du Sud, le frère Gabriel, un jésuite, fonde une communauté pacifiste chez les indiens Guarani.

Frère Gabriel sera rejoint par Mendoza, un ancien marchand d’esclaves qui a choisi la repentance pour ses crimes passés.

Quelques années plus tard, l'ordre des jésuites est dissous sur les terres espagnoles, Frère Gabriel et Mendoza vont devoir faire fasse à l'empire d'Espagne.

Mission traite d'une histoire peu voir inconnu du grand publique, le cinéma à le pouvoir d’ouvrir une porte sur un passé et l'exposer en pleine lumière, c'est ce qu'a fait Roland Joffé, en deux le spectateur découvre les missions jésuites des Guaranis, aussi appelées « réductions », les premiers contacts entre jésuites et Guaranís remonte à la fin du XVIème siècle, ce n'est qu'en 1604 que le roi Philippe III d'Espagne donna aux jésuites l'administration du territoire guarani, un territoire composé d'une trentaine de villages situés en Argentine, au Brésil et au Paraguay actuels.

Les réductions sont des villages autonome administré par des Indiens, le territoire est quant à lui contrôlé et administré par les jésuites, ils assurent la paix dans leurs territoires et protègent les indiens Guaranis des esclavagistes espagnols et portugais.

Les colonies espagnoles et portugaises s'opposent vivement aux missions jésuites des Guaranis, ne pouvant pas attaquer directement les missions car protégées par le roi d'Espagne et le Pape, ils vont tout tenter pour faire pression sur leurs gouvernements respectifs afin de faire disparaître les missions et de s'approprier ce vaste territoire.

Malgré le soutient du pape et des souverains d'Europe, les jésuites deviennent gênants car ils ont pris beaucoup trop d'importance, les intérêts économiques en Amérique du Sud priment sur les Guaranis, la suppression de la Compagnie de Jésus est prononcée par le pape Clément XIV en 1773.

Roland Joffé réalise un très beau film historique d'une grande humanité, un chef d'oeuvre car tout y est, une histoire puissante, des images magnifiques, une musique superbe d'Ennio Morricone et des acteurs au sommet de leurs art.

L'interprétation des acteurs est tout bonnement grandiose, pour son premier grand rôle Jeremy Ions incarne à la perfection le missionnaire jésuite Gabriel, il irradie par sa seule présence chaque scène ou il est présent, il véhicule toute la bonté, l'humanité et l’abnégation de ce jésuite.

Robert De Niro n'est pas à son coup d'essais, il a déjà joué dans Mean Streets, Le Parrain 2, Taxi Driver, New York, New York, Voyage au bout de l'enfer, Raging Bull, il livre donc comme d'habitude une interprétation remarquable, tantôt méprisant son personnage trouver la rédemption.

Palme d’or au Festival de Cannes, Mission est un classique incontournable du cinéma, une oeuvre intemporelle et puissante renforcée par la musique d'Ennio Morricone.





Un chef d'oeuvre







Synopsis :



Au XVIIIème siècle, le frère jésuite Gabriel fonde une mission sur les terres des Indiens Guaranis. 

Au même moment Rodrigo Mendoza, un chasseur d’esclaves va trouver la rédemption au coté du frère Gabriel, les deux hommes vont lutter ensemble contre la domination espagnole et portugaise.





Anecdotes :


Mission a remporté un Oscar (Meilleure photographie pour Chris Menges), deux prix au Festival de Cannes (Palme d'Or et Prix Vulcain de l'Artiste-Technicien pour Roland Joffé), trois BAFTA Awards (Meilleur acteur dans un second rôle pour Ray McAnally, Meilleure musique pour Ennio Morricone, Meilleur montage pour Jim Clark) et deux Golden Globes (Meilleur scénario pour Robert Bolt et Meilleure musique pour Ennio Morricone.


Durant le tournage dans la jungle, pratiquement toute l'équipe est tombée malade de dysenterie, Robert De Niro est un des seuls à ne pas être tombé malade.



Le thème principal, Falls, est l'une des chansons mémorables d'Ennio Morricone.



Les chutes présentes sont les célèbres Chutes d'Iguazú situées au milieu de la forêt tropicale, à la frontière entre l'Argentine (80 %) et le Brésil (20 %).


Les indiens présents dans le film ne sont pas des guaranis mais des Waunana, des indiens qui vivent au nord-ouest de la Colombie ainsi que dans le sud du Panama.






Affiches






Pour (re) voir ce chef d'oeuvre en haute définition







"Je vous assure, père Gabriel, que les cours de notre Europe sont une jungle en comparaison de laquelle votre jungle est un jardin à la française."

Son Éminence



Avec un orchestre, les Jésuites eussent soumis tout le continent. Ainsi advint-il enfin que les Indiens guaranis purent faire connaissance avec l’infinie miséricorde de Notre Seigneur… et la bien précaire charité des hommes.

Son Éminence


Mendoza : Votre Éminence, par l’effet de mon vœu d’obéissance, je demande humblement et sans réserve à Don Cabeza de pardonner ma… présomption et mon insolence.

Don Cabeza : Eh bien… Dans ce cas… J’accepte. Que diable. Comme je l’ai déjà dit, je ne pouvais relever le défi d’un prêtre !

Mendoza : Il est vrai, ce qui rend mon insolence d’autant plus insolente… Et votre pardon plus gracieux encore… Votre Éminence, je demande aussi votre pardon. Je demande pardon à cette assemblée. Je demande pardon à mes frères. Et je vous demande pardon. Pour avoir outragé Son Excellence.

Son Éminence : Il suffit, nous vous avons entendu !









Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Hommage à Harry Dean Stanton

47 Meters Down

Dunkerque