Mary Poppins

Mary Poppins







Pourquoi voir Mary Poppins ?

L'un des meilleurs longs métrages des studios Disney.

Avant d’être un classique signé Disney, Marry Poppins est au départ une série de romans écrits par la romancière australienne Pamela L. Travers, de son vrai nom Helen Lyndon Goff, la toute première apparition de son personnage se dévoile dans le roman sobrement intitulé Mary Poppins, publié en 1934.

Pour Pamela L. Travers Mary Poppins marque son premier succès littéraire, suivrons sept autres romans dont le dernier paru en 1988.

Personnage populaire dans le monde, Mary Poppins croise le chemin d'un certain Walt Disney, selon différentes personnes, le papa de Mickey aurait fait la connaissance de Mary Poppins grâce à ses deux filles qui lisaient le roman de Pamela L. Travers.

Walt Disney fut une une promesse à ses filles, adapter l'histoire de Mary Poppins au cinéma, pour Walt l'histoire de cette nurse britannique avait un potentiel énorme et chercha à obtenir les droits auprès de son créateur, et dans ce cas à sa créatrice.

Disney découvre que l'auteur du roman est Pamela L. Travers, une femme au tempérament difficile qui a déjà dit non à l'adaptation de Samuel Goldwyn, qui n'est autre que le fondateur de la Goldwyn Pictures Corporation qui deviendra la Metro-Goldwyn-Mayer.

Nous sommes en 1944, Disney a vent que Pamela L. Travers vient quitter Londres et les ravages de la Seconde Guerre mondiale pour s'installer à Manhattan, Disney envoie son frère, Roy Disney pour convenir d'un accord mais Pamela L. Travers refusa de voir son héroïne transformée en dessin animé.

Pamela L. Travers est bien décidée à ne pas voir son oeuvre transformée en comédie musicale agrémentée d'animations à la sauce Disney, la créatrice et l'équipe du film ont deux visions bien distinctes de ce que sera le long métrage, l'auteur veut respecter à la lettre son roman alors que l'équipe de Disney veut l'adapter pour les enfants dans l'esprit de la firme aux grandes oreilles, s'en est suivi des jours acharnés entre Pamela L. Travers et l'équipe du film, désaccord sur les décors, sur le choix des acteurs, sur le déroulement de l'histoire, le caractère des personnages et l'animation.

Avant de devenir un film culte Mary Poppins a eu une histoire plutôt mouvementée, tantôt d'accord puis hésitante, Pamela L. Travers a fait vivre un véritable enfer à Walt Disney et son équipe pendant près de vingt ans, deux décennies pour que Walt Disney obtienne enfin les droits d'adaptation de Mary Poppins et de réaliser le chef d'oeuvre que l’on connaît.

Pour réaliser l'adaptation de Mary Poppins, Walt Disney choisit Robert Stevenson, réalisateur de Jane Eyre (1944), et de films Disney comme Monte là-d'ssus (1961), Après lui, le déluge 1963) et Darby O'Gill et les Farfadets (1959).

Pour constituer le casting, Walt Disney allait encore être confronté aux choix de Pamela L. Travers, elle voulait que le film soit constitué essentiellement d'acteurs britanniques, après plusieurs acteurs et actrices pressentis le choix final se porta sur une actrice en particulier pour incarner Mary Poppins, Julie Andrews, l'actrice et chanteuse britannique avait jusque la côtoyée les planches à Broadway dans la comédie musicale The Boy Friend de Sandy Wilson en 1954 et dans My Fair Lady d'Alan Jay Lerner et Frederick Loewe 1956.

Au départ l'actrice avait refusé la proposition de Walt Disney car elle espérait jouer dans l'adaptation cinématographique de My Fair Lady qu'elle avait interprété à Broadway, mais la Warner Bros lui préfère Audrey Hepburn, question de notoriété, un mal pour un bien car la proposition de Disney était toujours valable et allait offrir à Julie Andrews le rôle de sa vie.

Quant on visionne Mary Poppins on se demande qui aurait pu interpréter le rôle de la nurse britannique tant Julie Andrews est impeccable, beaucoup plus bienveillante et douce que dans le roman, Disney oblige, l'actrice livre une très belle interprétation tout en luminosité et en magie.

Pour l’accompagner dans le Londres du début du XXème siècle, la production choisit Dick Van Dyke, présentateur de télévision et acteur dans des comédies musicales de Broadway, Dick Van Dyke se lance dans le cinéma en 1963 avec le film Bye Bye Birdie et un an plus tard dans Madame croque-maris.

Dans Mary Poppins, Dick Van Dyke incarne Bert, un personnage joyeux qui n'est pas sans connaitre Mary Poppins, Bert apporte une touche fantasque et non-conformiste qui rythme indéniablement le long métrage de Robert Stevenson.

Autres personnages clés du film, les Banks, tout d'abord nous avons le père, George Banks, un employé de banque qui semble froid et distant avec sa famille, la mère Winifred Banks, une suffragette semble plus préoccupée par les causes féministes que par sa vie de famille, et dans univers ou les liens affectifs font défaut nous avons également les enfants Banks, Jane et Michael.

Les deux enfants campés respectivement par Karen Dotrice et Matthew Garber ont des frimousses inoubliable, les deux jeunes acteurs ont déjà été réunis dans un autre film Disney, Les Trois vies de Thomasina de Don Chaffey.

L'admiral Bloom et sa maison-navire qui tire des coup de canon est encore un un personnage fort sympathique, hormis les personnages hauts en couleurs, Disney a également misé sur une photographie bariolée et sur une prouesse technique, le mélange de scènes en prises de vues réelles et animées.

Mary Poppins n'est pas le premier film Disney ou cet technique a été appliquée, le premier à mélanger animation et prises de vues réelles a été Mélodie du Sud (Song of the South) en 1946.

Ce travail remarquable de l'équipe technique ajoute un réel plus au 23ème long métrage Disney, les séquences animées apportent de la couleur, de la joie et de la gaieté, le monde magique et coloré de Mary Poppins est en total opposition avec le monde réel, le monde des adultes, e mélange des techniques utilisées reste encore aujourd'hui inoubliable et inégalé.

Avec Mary Poppins, Walt Disney met un terme à deux décennies de négociation avec Pamela L. Travers, son obstination engendra un film à l'immense succès critique et commercial, sûrement sa plus belle oeuvre.

En 1966, soit deux après la sortie du film, Walt Disney décède des suites d'un cancer du poumon, Mary Poppins parachève la carrière flamboyante de Walt Disney de la meilleure des manières.




Magnifique




Synopsis :


1910, Londres.

Chez la famille Banks le temps est à l'orage, la nurse a démissionné à la suite d'une énième fugue de Jane et Michaël.

M. Banks rédige une annonce pour recruter une nouvelle nurse, les enfants aussi, c'est Mary Poppins qui répond à l'appel.






Anecdotes :


L'auteur de l'affiche du film est Paul Wenzel, un artiste qui a travaillé pendant 42 ans pour la Walt Disney Company.


Le budget du film est estimé à 6 000 000 $ et a rapporté plus de 102 000 000 $ aux États-Unis.



La grande première a eu lieu le 27 août 1964 à Los Angeles.



Mary Poppins a été tourné aux studios Walt Disney de Burbank en California.


Mary Poppins a été le premier film Disney à sortir en DVD.


Mary Poppins a remporté cinq Oscars, meilleure actrice pour Julie Andrews, meilleure chanson originale pour Chim Chim Cher-ee de Richard M. Sherman et Robert B. Sherman, meilleurs effets visuels pour Peter Ellenshaw, Hamilton Luske et Eustace Lycett, et meilleure musique originale pour Richard M. Sherman et Robert B. Sherman.


Robert B. Sherman and Richard M. Sherman ont écrit plus de 30 chansons durant les sessions de travail.




Affiches








Pour (re) voir ce chef d'oeuvre en haute définition




"À propos de temps qu’il fait... L’autre jour quand il faisait si froid, l’un de mes amis est entré dans un magasin pour acheter un pardessus. Il y était déjà venu 10 ans auparavant acheter un autre pardessus. Il ouvre la porte et dit au vendeur : « Bonjour Monsieur, c’est encore moi !"

Mary Poppins


"Supercallifragilisticexpialidocious"

Mary Poppins






Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Valérian et la Cité des mille planètes

Dunkerque

Faites sauter la banque