Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire

Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire








Pourquoi voir Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire ?

Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire est l'adaptation cinématographique de la série littéraire pour enfants, A Series of Unfortunate Events de l'écrivain américain Daniel Handler, plus connu sous le pseudonyme de Lemony Snicket.

La série composée de 13 tomes a connue un succès mondial, à ce jour l'oeuvre de Daniel Handler a été traduite en 41 langues et s'est vendue à plus de 55 000 000 d'exemplaires.

Le succès des romans des Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, provient de la touche de Lemony Snicket, la noirceur et le pessimisme ambiant sont indissociables des aventures des trois orphelins, ici les méchants sont rois et coriaces.

Devant le succès littéraires des Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, l'idée d'adapter la série de romans sur grand écran a fait son chemin, c'est le réalisateur américain Brad Silberling qui s'attelle à donner vie aux personnages de Lemony Snicket.

Adapter des romans pour enfants n'est pas une nouveauté, au par avant déjà nous avons pu voir l'adaptation sur grand écran de romans, notamment celui de Roald Dahl avec Charlie et la chocolaterie, réalisé en 1971 par Mel Stuart et en 2005 par Tim Burton, celui du Dr. Seuss avec Le Grinch réalisé en 2000 par Ron Howard avec Jim Carrey, et Chris Van Allsburg avec ses deux romans, Jumanji et Boréal-express adapter respectivement par Joe Johnston en 1995 avec Robin Williams et par Robert Zemeckis en 2004 sous le titre, Le Pôle Express.

Ici le projet était de taille, comment adapter Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire tout en restant fidèle à l'oeuvre de Daniel Handler, tout d'abord l'histoire du film, un scénario écrit juste pour le film ou bien l'adaptation d'un tome en particulier ?

Le réalisateur Brad Silberling s’arrête sur le choix de porter sur grand écran l'histoire des trois premiers ouvrages, Tout Commence Mal, Le Laboratoire aux Serpents et Ouragan sur le Lac, c'est le scénariste Robert Gordon et Daniel Handler en personne qui s'occupent de remanier l'histoire des trois romans pour l'intégrer dans un seul et même film.

Trois histoires pour un film, le projet pouvait faire peur, mais le résultat et plus qu'homogène, Robert Gordon et Daniel Handler livrent une histoire extrêmement fidèle aux romans tout en balayant tout l'univers de Violette, Klaus, Prunille et du sombre comte Olaf.

Des la première seconde le spectateur sait à quoi s'attendre, il plonge dans un univers ou les joyeux petits elfes tout mignons n'ont pas leur place, au contraire, Lemony Snicket relate l'histoire tragique des trois enfants Baudelaire, Violette, Klaus et Prunille sont devenus orphelins après qu'un incendie a ravagé leur maison de la cave au grenier.

Les trois enfants Beaudelaire se retrouvent orphelins, Monsieur Poe, le directeur de la banque qui gère la grande fortune de la famille, est chargé de gérer les biens des trois orphelins jusqu'à leur majorité et de les placer chez leur plus proche parent, un certain comte Olaf.

Le comte Olaf est inconnu des enfants Beaudelaire, sa maison sinistre est à l'image de son propriétaire, un acteur de seconde zone qui n'a qu'un objectif, s'approprier la fortunes des enfants, c'est le début d'une série de désastreuses aventures pour Violette, Klaus et Prunille.

Brad Silberling a réuni un casting parfait, la jeune actrice australienne Emily Browning (Le Vaisseau de l'angoisse, Ned Kelly) incarne l'inventive Violette, Liam Aiken (Les Sentiers de la perdition, Mon chien, ce héros) quant à lui interprète le passionné par les livres, Klaus, et Prunille Baudelaire par Shelby et Kara Hoffman.

Le personnage du comte Olaf revient au truculent Jim Carrey, il endosse à la perfection le costume du sinistre comte Olaf, l'acteur est complètement en roue libre et on voit qu'il aime ça, chaque apparitions, chaque costumes et un vrai régal, il amené un coté totalement délirant dans une histoire ou le pessimiste est roi.

Les seconds rôles sont également de choix avec Timothy Spall, Meryl Streep, Billy Connolly, Jude Law et Dustin Hoffman.

Tous les acteurs collent parfaitement aux rôles qu'ils interprètent, une très bonne chose quand il s'agit d'adapter une série de romans, les décors sont aussi d'une grande importance, ici ils font rêver ou cauchemarder, au choix.

Brad Silberling s'entoure du chef décorateur Rick Heinrichs (The Big Lebowski, Sleepy Hollow, la légende du cavalier sans tête, La Planète des Singes) et de la Chef décoratrice Cheryl Carasik (Edward aux mains d'argent, Men in Black, Wild Wild West), et du directeur de la photographie Emmanuel Lubezki (Sleepy Hollow, la légende du cavalier sans tête, Ali, De grandes espérances), une équipe technique plus que talentueuse.

Défi de taille, Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire est magnifiquement porté à l'écran par Brad Silberling aidé par un casting cinq étoiles qui ne trahit pas l’univers de Lemony Snicket.



Un grand spectacle




Synopsis :


Violette, Klaus et Prunille sont devenus orphelins après qu'un incendie a ravagé leur maison de la cave au grenier.

Les trois enfants Beaudelaire se retrouvent orphelins, Monsieur Poe, le directeur de la banque qui gère la grande fortune de la famille, est chargé de gérer les biens des trois orphelins jusqu'à leur majorité et de les placer chez leur plus proche parent, un certain comte Olaf.





Anecdotes :



Le film a remporté l'Oscar des meilleurs maquillages.


Le film a bénéficié d'un budget de plus de 125 000 000 $.


Pour ressembler au Comte Olaf, le maquillage de Jim Carrey nécessita trois heures.



Les jumelles qui incarnent Prunille Baudelaire ont été réellement terrifiées par Jim Carrey en Comte Olaf.


La voiture du Comte Olaf dans le film est une Imperial Crown Limousine by Ghia de 1960.





Affiches







Pour (re) voir Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire en haute définition




Ou dois je signer pour la fortu... pour les enfants ?

Comte Olaf



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Valérian et la Cité des mille planètes

Camping Car

Hommage à Claude Rich