Creed : L'Héritage de Rocky Balboa

Creed : L'Héritage de Rocky Balboa







Pourquoi voir Creed ?

L'ancien champion Rocky Balboa passe le flambeau à une nouvelle génération.

Rocky, une immense saga au succès planétaire qui marqua toutes les générations, créé par Sylvester Stallone, le personnage de Rocky Balboa est un vibrant hommage au rêve américain, un boxeur qui s’entraîne dure et mène une vie modeste qui un jour se voit offrir la chance de sa vie, un combat contre le champion du monde en titre.

Après une série de cinq films, Sylvester Stallone ressuscite son personnage culte en 2006 avec Rocky Balboa, soit 16 ans après Rocky V.

Dans ce sixième volet, Sylvester Stallone nous montrait un Rocky face à l'usure du temps, devenu patron d'un restaurant baptisé Adrian en souvenir de sa femme, prisonnier de son image de champion, il ressasse toujours les mêmes anecdotes à ses clients venus juste pour voir la légende de Philadelphie.

Le destin lui offre une chance de remonter sur le ring une dernière fois, l'occasion pour lui de briller à nouveaux et de retrouver sa jeunesse, avec ce sixième opus Rocky renoue avec ses origines, ses valeurs d’humilité et de générosité, un retour aux sources sobre et authentique.

Avec ce dernier épisode en forme de testament, tout le monde pensait ne plus jamais revoir le boxeur de Philadelphie, c'était sans compter sur l'amour de Sylvester Stallone pour son personnage, l'idée d'une série dérivée du personnage mythique a fait son chemin, le choix ses porté sur Adonis Johnson, le fils du légendaire Apollo Creed, personnage majeure de la saga.

L'idée d'un spin-off pour une saga aussi mythique que celle Rocky a évidement fait peur aux fans du boxeur, il est vrai que part les temps qui courent les suites, remakes et reboots sont légion, souvent de mauvaise facture en raison d'un manque de cohérence et d'inventivité.

Réserver ce sort à Rocky n'était donc pas pour rassurer, mais Creed : L'Héritage de Rocky Balboa n'est pas réellement un spin-off mais une suite directe à Rocky Balboa, et puis Sylvester Stallone fait parti de l'aventure.

Un autre élément rassurant pour ce nouvel opus de la saga, car Sly est présent et ne fait pas une simple figuration commerciale comme certains acteurs, il y a passage de flambeau certes mais Rocky n'est pas encore mort.

La relève, le passage de flambeau, il en est question dans Creed, à la ville comme à l'écran Sylvester Stallone n'est plus tout jeune (encore très en forme tout de même), quand il fait renaître Rocky en 2006, Sly avait 60 ans, au moment du tournage de Creed en 2015 Stallone avait donc 69 ans.

Stallone lui méme avait déclaré qu'il ne se sentait plus de taille physiquement pour retourner sur le ring, mais pas question de délaisser Rocky pour autant, avec toute son humilité il passe derrière les cordes pour transmettre son savoir au fils d'Apollo Creed.

Evidemment cette question de la transmission de l'ancien au jeune est un grand sujet américain, mais dans Creed il est très bien amené, car ici Rocky sait très bien qu'il ne pourra plus jamais être le boxeur qu'il a été, mais au lieu de rester chez lui attendant que le temps fasse son travail, dans un dernier souffle il va transmettre tout ce qu'il a acquit au fil des années, rester dans l'ombre pour laisser quelqu'un d'autre entrer dans la lumière.

Celui qui a cette chance n'est autre qu' Adonis Johnson, le fils d'Apollo Creed, après une jeunesse difficile Adonis a réussi le rêve de tout américain, un très bon travail et une promotion, mais ce rêve n'est pas le siens, il veut à tout prix marcher dans les pas son père et devenir comme lui, un champion de boxe.

Adonis est justement incarné par Michael B.Jordan, découvert par la série Sur écoute et le film de science-fiction Chronicle, de Josh Trank, Michael B.Jordan avait la mission irréalisable de faire oublier le flamboyant Rocky Balboa, évidemment Sylvester Stallone remporte les suffrages, normal quand on regarde un film ou est présent Rocky.

Creed : L'Héritage de Rocky Balboa flirte évidemment avec la nostalgie, mais même si Stallone est le pilier du film, il reste suffisamment en retrait pour laisser la lumière éclairer le nouveau héros de la saga.

La carrière de Rocky est derrière lui, celle d'Adonis est devant, le maître et l'élève vont se transmettre mutuellement des valeurs, Rocky enseigne l'humilité, la patience, le sacrifice, dépassement de soi, tandis que son élève va lui redonner goût à la vie et va l'aider à retrouver la force de ne pas lâcher face aux combats de la vie.

Le combat sur le ring et celui de la vie, une analogie propre à la saga Rocky, depuis ses débuts Rocky Balboa s'est toujours battu contre des adversaires sur le ring mais également en dehors, la mort de son entraîneur Mickey, celle d'Apollo Creed et de sa femme Adrian.

Ici le sort frappe encore et Rocky est face à une décision importante, abandonner ou se battre coûte que coûte.

Creed : L'Héritage de Rocky Balboa reprend toutes les thématiques chères à la saga, la boxe, famille, le coach et l’élève, le outsider qui arrive au sommet à force de travail et de persévérance, mais en plus Creed bénéficie d'un très grand Stallone, en incarnant un Rocky vieillissant beaucoup plus intimiste que d’habitude, il transmet à lui seul toute l'émotion du film.

Un passage de flambeau nostalgique de 2h15 qui se terminent par la montée des célèbres marches du Philadelphia Museum of Art par le maître et son élève.



Sylvester Stallone quitte le ring de la plus belle des manières




Synopsis :


Adonis Johnson n'a jamais connu son père, qui n'ait autre que le célèbre Apollo Creed, comme son défunt père Adonis veut devenir un grand boxeur.

Il part pour Philadelphie afin de demander à la légende locale, Rocky Balboa de l’entraîner.



Anecdotes :



Comme tous les films de la saga Creed : L'Héritage de Rocky Balboa a été tourné à Philadelphie ainsi qu'à Liverpool.



Avec un budget de 35 000 000 $, le film en rapporta plus de 110 000 000 $ rien qu'aux Etats-Unis.



Creed est le premier film de la saga qui n'est pas écrit par Sylvester Stallone.



Le film a remporté 45 récompenses dont le Golden Globes du meilleur acteur dans un second rôle pour Sylvester Stallone, ainsi qu'une nomination pour l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle également pour Sylvester Stallone.



Pour la première fois Rocky Balboa ne se bat pas sur un ring.





Affiches






Pour (re) voir ce magnifique Rocky en haute définition




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Quand vient la nuit

Elvis & Nixon

Cul Et Chemise