Ghost In The Shell

Ghost In The Shell







Pourquoi voir Ghost In The Shell ?

Ghost In The Shell, le manga culte de Masamune Shirow prend vie dans un film live.

Aujourd'hui nous sommes le mercredi 22 mars 2017, Ghost In The Shell sort officiellement dans les salles de cinéma françaises le 29 mars prochain, alors comment diable le film de Rupert Sanders est-il déjà sur Les Films de Crazy Duck ?

Hier soir, mardi 21 mars 2017, avait lieu l'avant-première européenne de Ghost In The Shell au Grand Rex à Paris, en présence de Scarlett Johansson et de l'équipe du film, dont le réalisateur Rupert Sanders et des acteurs Juliette Binoche, Michael Pitt, Pilou Asbæk ou encore Danu­sia Samal.

J'ai donc pu assister à cette très belle avant première dans le plus grand cinéma d’Europe avec la présence de la rayonnante Scarlett Johansson et de ses pop-corn, une longue attente mais cela valait la peine.

Après la projection de Ghost in the Shell, le film a été longuement applaudi par un public plus que conquis, tant par l'adaptation fidèle de l'oeuvre de Masamune Shirow que par l'interprétation de Scarlett Johansson et du reste du casting.

Avant d'assister à la projection du tant attendu Ghost In The Shell, le réalisateurs et les comédiens ont fait un petit discours avant le moment que tout le monde espérait, l'adaptation live de Ghost In The Shell.

Il a fallu du temps avant de voir les personnage de Masamune Shirow en chair et en os, le premier à vraiment s'intéresser au projet fut nul autre que Steven Spielberg, en 2008 Dreamworks, sa société de production, achète les droits d'adaptation de Ghost In The Shell pour un film en prise de vue réelle.

Mais le projet est mis en sommeil avant quand 2014, Dreamworks annonce que Rupert Sanders dirigera la réalisation de l'adaptation live du célèbre manga japonais.

Alors une question se pose, comment ne pas dénaturer l'univers de Masamune Shirow ?

Au premier abord il est vrai que le doute planait sur le projet, des américains aux commandes d'une adaptation d'un manga japonais n'avait rien de rassurant.

Mais c'était sans compter sur une chose essentiel, la passion, prenez un réalisateur fier de participer à une nouvelle page de l'histoire de Ghost In The Shell et des producteurs tout aussi impliqués, et cela donne un très bon moment de cinéma.

Rupert Sanders a traité l'histoire originale avec un grand respect, il ne voulait pas faire de son Ghost In The Shell un vulgaire film tape à l’œil dénué d’intérêt.


Ghost In The Shell n'est pas un blockbuster ou tout ce qu'il faut retenir c'est boum boum pan pan, oui il y a de l'action, oui il y a des explosions et oui il y a des effets spéciaux (sublimes en passant), mais tous ces éléments servent l'histoire.

L'univers riche de Ghost In The Shell peut faire rappeler celui de Blade Runner de Ridley Scott, le film culte de science-fiction est sorti sept ans avant la publication du manga et treize ans avant le film d'animation, les deux univers sont très proche, ils partagent cet amour pour le futur, la robotique et les paysages urbains sombres et surpeuplés.

Rupert Sanders n'a pas oublié ces éléments, le paysage urbain plonge le spectateur au cœur d'un monde futuriste comme l'a imaginé le créateur de Ghost In The Shell.

Les grands thèmes de Ghost In The Shell sont également présents, la relation entre les hommes et les robots, dans le manga la question de l’être vivant vivant est récurrente, un être humain est-il différent d'un être robotique doté de conscience ?

Dans le long-métrage ses questions sont posées, le Major (Scarlett Johansson) cherche à savoir les éléments qui font un être humain, quelles sont les choses qui différencient les humains d'une conscience intelligente dans un corps synthétique.

Le réalisateur a également pris un grand soin concernant les personnages emblématiques de l'histoire, et on peut dire que le casting est à la hauteur du projet.

Pour incarner le Major c'est l'actrice Scarlett Johanson qui prête ses traits (magnifiques) au personnage, cette attribution avait fait grand bruits, des fans se sont insurgés contre le choix de Scarlett Johansson pour interprété le personnage asiatique du Major.

La principale intéressée a répondu aux polémiques dans une interview donnée à Marie Claire US : "I certainly would never presume to play another race of a person. Diversity is important in Hollywood, and I would never want to feel like I was playing a character that was offensive. Also, having a franchise with a female protagonist driving it is such a rare opportunity. Certainly, I feel the enormous pressure of that—the weight of such a big property on my shoulders."

"Je ne pourrais pas prétendre jouer le rôle d’une personne de race différente. La diversité est importante à Hollywood et jamais je n’accepterais de jouer un rôle qui pourrait offenser les autres. Aussi une franchise avec un protagoniste féminin est rare. Je ressens l'énorme pression et le poids qui pèsent sur mes épaules."

Scarlett Johansson a reçu le soutien du réalisateur Rupert Sanders et des producteurs mais surtout de Mamoru Oshii, le réalisateur du film d'animation Ghost In The Shell premier du nom, le réalisateur a déclaré : "Scarlett Johansson est allée bien au-delà de toutes mes attentes. Je suis certain que ce film sera plus splendide que tous les autres.".

Il faut dire que pour son rôle Scarlett Johansson s'est entraînée dur, bien avant le début du tournage la comédienne s'est exercée à différentes techniques de combat et au maniement des armes sous la houlette d'un expert en arts martiaux.

Le reste du casting est également composé de comédiens talentueux, pour interpréter le célèbre Batou, l'équipier du Major, c'est l'acteur danois Pilou Asbæk qui s'y colle, et il s'en sort très bien, autre personnage clé, celui du Docteur Ouelet, une scientifique de Hanka Corporation et créatrice du Major, dans les version animé le personnage était masculin, ici il ne l'est plus puisqu'il est incarné par notre Juliette Binoche nationale.

Michael Pitt incarne le personnage de Kuze, mais on ne peut pas trop en dire, il faut voir le film.

Passons maintenant à l'un des personnages mythiques de Ghost In The Shell après le Major, j'ai nommé Daisuke Aramaki, le chef de la Section 9, il est impeccablement incarné par l'excellent Takeshi Kitano.

Effets spéciaux à couper le souffle, scénario habile et bien ficelé, univers riche et casting en or, Ghost In The Shell est une réussite tant sur le plan visuel que sur le plan cinématographique.

Ce Ghost In The Shell version live est non seulement un très bel hommage à l'oeuvre de Masamune Shirow mais également la continué d'un univers très riche, le matériel d'origine n'a pas été dénaturé par le réalisateur Rupert Sanders au contraire il a embelli ce classique de la littérature futuriste.




Sublime





Synopsis :


Dans un futur proche, l'humanité a crée un monde ou les machines tiennent une grande place, le Major en est le parfaite exemple, c'est un être unique, une humaine qui a gardée son esprit mais possède un corps robotique.

Sauvée d'un accident par la science, elle voue sa vie à combattre le crime, une nouvelle menace émerge du brouillard, mais ce nouvel ennemie va faire ressurgir son passé.





Anecdotes :


Le personnage de Kuze devait être interprété par Sam Riley mais finalement c'est Michael Pitt qui a hérité du rôle.



Ghost In The Shell a été tourné en Nouvelle-Zélande et à Hong Kong.



Le manga Ghost in the Shell de Masamune Shirow a été publié en 1989.



Il s'agit du deuxième film du réalisateur Rupert Sanders après Blanche-Neige et le Chasseur.


Ghost In The Shell est sorti en avant-première européenne le 21 mars 2017 au Grand Rex à Paris.


La bande originale des films d'animation Ghost In The Shell a été composée par Kenji Kawai, dans le film sa musique est reprise pour certaines scènes.





Affiches









Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Valérian et la Cité des mille planètes

Camping Car

Hommage à Claude Rich