Ghost In The Shell

Ghost In The Shell







Pourquoi voir Ghost In The Shell ?

Ghost In The Shell, le manga culte de Masamune Shirow prend vie dans un film d'animation.

Aujourd'hui sort sur les écrans le film live de Ghost In The Shell, réalisé par Rupert Sanders avec Scarlett Johansson, Juliette Binoche, Takeshi Kitano, Michael Pitt et Pilou Asbæk.

Ghost In The Shell est une référence dans le milieu du manga, du cyberpunk et de la science-fiction, ce manga est sans aucun doute l'oeuvre ultime de son auteur.

Avant d’être un film live, Ghost In The Shell est un manga de Masamune Shirow, prépublié au Japon en 1989 dans Young Magazine.

Le lecteur se plonge dans un futur proche ou les robots font partie du quotidien et ont pris une grande place, on suit le parcours du Major Motoko Kusanagi, de Batou et leurs coéquipiers de la section 9 dirigé par Daisuke Aramaki.

La Section 9 est une unité d'élite qui combat le crime, les membres de la Setion 9 sont sur les traces du Marionnettiste, un cybercriminel qui infiltre l'esprit humain.

L'oeuvre de Masamune Shirow offre un univers riche qui compte trois manga (Ghost In The Shell, Ghost In The Shell 2: ManMachine Interface et Ghost In The Shell 1.5: Human-Error Processor) ainsi que quatre films d'animation (Ghost In The Shell, Ghost In The Shell 2: Innocence, Ghost In The Shell 2.0 et Ghost In The Shell: The New Movie), trois séries d'animation, des OAV et deux romans.

C'est le réalisateur japonais Mamoru Oshii qui est le premier à avoir transposé sur grand écran l'univers de Masamune Shirow en 1995 avec Ghost In The Shell.

Son style si particulier et l'oeuvre de Masamune Shirow font très bon ménage.

Avant de s'attaquer à l'un des piliers du cyberpunk, Mamoru Oshii a rencontré bon nombre de personnes talentueuses chez Headgear, les scénaristes Kazunori Ito et et Masami Yūki, le dessinateur Yoshitaka Amano, le producteur Toshio Suzuki et le compositeur Kenji Kawai.

Après L'Œuf de l'Ange et Patlabor, c'est en 1995 que le réalisateur du futur Avalon va connaître la gloire et une reconnaissance mondiale.

Ghost In The Shell, un film d'animation qui va rapidement être élevé au rang d'œuvre culte par une partie de la population de notre belle planète.

Avec son Ghost In The Shell, Mamoru Oshii immerge le spectateur dans un manga philosophique qui n'a rien à envier aux long-métrages traditionnels.

L'univers riche de Ghost In The Shell peut faire rappeler celui de Blade Runner de Ridley Scott, le film culte de science-fiction est sorti sept ans avant la publication du manga et treize ans avant le film d'animation, les deux univers sont très proche, ils partagent cet amour pour le futur, la robotique et les paysages urbains sombres et surpeuplés.

Mamoru Oshii a un style, une patte particulière, des scènes lentes qui sont accompagnées de scènes d'action foudroyantes, ce style est présent dans Ghost In The Shell, il créé une atmosphère particulière qui rend le film de Oshii unique et identifiable entre 1000.

Dans Ghost In The Shell le réalisateur allie à la perfection réflexion philosophique et scènes d'action rythmées, le tout est accompagné par la bande originale composée par Kenji Kawai, un véritable bijou sonore qui vient renforcer le travail de Mamoru Oshii.

Ghost In The Shell aborde différents thèmes dont la relation entre les hommes et les robots, un être humain est-il différent d'un être robotique doté de conscience ?

Le Major Motoko Kusanagi est dotée d'un Ghost, une âme, dans un corps synthétique, en anglais Shell signifie coquille, un esprit humain enfermé dans un corps robotique.

Le Ghost est ce qui différencie les robots des humains, le personnage du Major doute parfois de son humanité.

Ghost In The Shell interroge sur le sens de l'humain, la relation entre le corps et l’esprit, quelles sont les choses qui font un être humain ?

Ghost In The Shell est un manga culte est un film d'animation qui l'est tout autant, tous les thèmes qui font le genre de la science-fiction sont ici représentés, mais ils sont exploités au coeur de l'intrigue, des questions sur la vie, jusqu’où va l'humanité et ou elle s’arrête.

Ghost In The Shell est un film mélancolique et philosophique qui n'a pas prit une ride malgré ses 22 ans, un film qui place l’humanité au cœur de ce monde robotique ou les humains se perdent dans la technologie.

En 2008 une nouvelle version de Ghost in the Shell est réalisée sous le titre Ghost in the Shell 2.0.

Cette version remplace certaines scènes de dessin en deux dimensions par des images numériques, le rendu est certes impeccable mais enlève une partie de l’âme du film originel.

Les dessins en deux dimensions renforcés par le léger flou de l’animation sont l'ADN de Ghost In The Shell et même le numérique ne pourra pas lui enlever.

Une oeuvre poétique qui mérite son statut d'icone du cinéma d'animation japonais et de cinéma tout court.




Un Chef d'oeuvre




Synopsis :


Dans un futur proche ou les robots font partie du quotidien, le Major Motoko Kusanagi, Batou et leurs coéquipiers de la section 9 dirigé par Daisuke Aramaki, combattent le crime.

Les membres de la Setion 9 sont sur les traces du Marionnettiste, un cybercriminel qui infiltre l'esprit humain.





Anecdotes :



En 2008 une nouvelle version de Ghost in the Shell est réalisée sous le titre Ghost in the Shell 2.0.




Le budget du film a été estimé à 600 000 000 ¥.



C'est le dessinateur Hiroyuki Okiura qui s'est chargé de la conception des personnages.



La bande originale a été composée par Kenji Kawai.



Le scénario est signé par Mamoru Oshii d'après le manga de Masamune Shirow.





Affiches





Pour (re) voir ce bijou de l'animation en haute définition




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Hommage à Harry Dean Stanton

Death Sentence

Dunkerque