Kong : Skull Island

Kong : Skull Island








Pourquoi voir Kong : Skull Island ?

Douze ans après le King Kong aux trois Oscars de Peter Jackson, un remake fidèle au King Kong de 1933, et trois ans après Godzilla de Gareth Edward, le roi Kong est encore de retour sur Île du Crâne, plus jeune et plus fort que jamais.

Avec Godzilla version 2015 de Gareth Edward, Warner Bros et Legendary Pictures posent la première pierre de l'univers MonsterVerse, la deuxième c'est le réalisateur Jordan Vogt-Roberts qui s'y colle avec Kong : Skull Island, avec ces deux films l'objectif est simple, porter à l'écran dans un seul film Godzilla et King Kong en 2020 avec Godzilla vs. Kong.

Avec ce projet, Warner Bros et Legendary Pictures ont en tête le choc que ces deux monstres se sont déjà livrés dans King Kong vs Godzilla réalisé en 1962 par Hishirô Honda, un choc qui a également secoué le box-office puisque les deux géants ont rapporté plus de 14,000,000 $ (hors USA) pour un budget d'environ 200 000 $ de budget.

MonsterVerse est un rêve, un rêve porté par un homme, le producteur Thomas Tull, fondateur de Legendary Pictures, passionné de monstres géants, Kaijū en japonais, il a depuis longtemps un rêve, réunir King Kong et Godzilla, il rachète les droits de Godzilla à a Toho, et Godzilla version 2015 est né.

Kong : Skull Island est donc une étape décisive pour le futur affrontement des deux monstres mythiques du cinéma, alors qui dit enjeux importants dit réalisateur chevronné, et pourtant la Warner confie ce projet au jeune réalisateur Jordan Vogt-Roberts.

King Kong, un monstre devenu une icône du cinéma qui a connu de nombreuses adaptations, alors comment se démarquer et faire mieux que la version de plus de trois heures de Peter Jackson, et bien en faisant table rase d'une bonne partie de l'histoire originale.

Kong : Skull Island s'éloigne des précédentes versions, à commencer par l'époque, ici fini les années 30 et bonjour les seventies, bye bye la Grande Dépression et bonjour la Guerre du Viêt Nam.

Ce changement de période offre une relecture intéressante du mythe Kong, notamment avec un petit quelque chose d'Apocalypse Now de Francis Ford Coppola, d'ailleurs l'affiche IMAX rend hommage au film culte.

L'histoire de Kong : Skull Island commence par une défaite, celle de l'armée américaine contre celle de la République démocratique du Viêt Nam (Nord-Viêt Nam), mais avant de rentrer chez eux les militaires américains se voient confier une dernière mission sur une île récemment découverte.

Qu'on se le dise le scénario de Kong : Skull Island est simpliste, mais le réalisateur assume son choix, l'histoire est un prétexte pour enchaîner avec un rythme effréné les séquences impressionnantes, un Kong plus grand et plus fort que jamais, des créatures féroces et nombreuses et des soldats lourdement équipés.

D'ailleurs après une prestation rapide des personnages, Jordan Vogt-Roberts rentre dans le vif du sujet, contrairement à Peter Jackson qui avait mis près d'une heure avant de faire débarquer ses personnages sur l'Île du Crâne.

Kong : Skull Island sacrifie un scénario original et solide pour offrir un spectacle époustouflant qui n’a d’autre but que de divertir les spectateurs en offrant un spectacle qui en met plein les yeux, un parti pris qui livre un film réussi sur le plan de l'action fun et rythmé.

Même si la vraie star du film est Kong, les humains sont également de la partie, au casting on retrouve du beau monde, Tom Hiddleston, John Goodman, Brie Larson, Samuel L. Jackson, John C. Reilly, John Ortiz, Shea Whigham et Jing Tian.

Le nombre important d'acteurs de cette envergure aurait pu être une force, mais ils sont livrés à eux-mêmes sur cette île inhospitalière.

Kong : Skull Island est un divertissement réussi qui assume totalement son statut de blockbuster au scénario très allégé, qui n'a qu'un seul et unique but, divertir.






Une claque visuelle




Synopsis :


Après la défaite de la Guerre du Viêt Nam, les soldats américains renrent chez eux, mais avant ça, ils se voient confier une dernière mission sur une île récemment découverte.




Anecdotes :



Kong est interprété en performance-capture par l'acteur Terry Notary.



Le film a été tourné à Hawaï et en Australie.



Le budget du film est estimé à 185 000 000 $.



Michael Keaton et J. K. Simmons devaient jouer dans le film, mais ils quittent le projet en raison d'emplois du temps incompatibles avec le tournage.



Dans Kong : Skull Island, King Kong mesure 30 mètres de haut.




Affiches







Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Valérian et la Cité des mille planètes

Camping Car

Hommage à Claude Rich